/sports/soccer/impact
Navigation

Galaxy: l’équipe d’un seul homme

FBL-MLS-ATLANTA UNITED-LA GALAXY
Photo d'archive, AFP Zlatan Ibrahimovic qui va affronter l’Impact samedi soir marqué 26 des 49 buts du Galaxy de Los Angeles.

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact se présente à Los Angeles pour affronter un Galaxy qui a remporté son dernier match par l’écrasante marque de 7 à 2.

Mais comme il y a toujours une justice dans la vie, c’était contre le Sporting de Kansas City, qui a fait subir un revers de 7 à 1 à l’Impact le printemps dernier.

Tout ça pour dire que le Galaxy devrait être gonflé à bloc, mais il s’agit d’une équipe drôlement inconstante en seconde moitié de saison.

La bande à Zlatan Ibrahimovic a amorcé l’année avec sept victoires à ses neuf premières rencontres.

Depuis, le Galaxy a gagné deux matchs consécutifs une seule fois. Il présente une fiche de 3-5-2 à ses dix derniers matchs, mais trouve tout de même le tour de s’accrocher au 5e rang de l’Association Ouest avec 45 points, un de plus que San Jose et Dallas, et deux de plus que Portland.

Autrement dit, le Galaxy se bat lui aussi pour sa survie samedi soir, même si sa position est plus enviable que celle de l’Impact.

Zlatan

Zlatan Ibrahimovic, qui aura 38 ans dans moins d’un mois, est carrément dominant cette saison avec 26 buts en 25 matchs, soit deux de moins que son rival à l’autre bout de l’autoroute, Carlos Vela, du LAFC.

Au fait, Zlatan a marqué dix buts à ses six derniers matchs. À ce rythme, il va non seulement rattraper Vela, mais il va le dépasser.

Si on parle de la « Nacho dépendance » à Montréal en référence aux difficultés offensives de l’Impact en l’absence de l’Argentin Nacho Piatti, le Galaxy vit une situation identique.

Ibrahimovic a marqué 53 % des 49 buts du Galaxy. Le second marqueur de l’équipe, Uriel Antuna, a seulement marqué à quatre reprises cette saison.

Ibrahimovic a raté cinq rencontres cette saison, le Galaxy a présenté une fiche de deux victoires et trois défaites, toutes par blanchissage.

Trouble-fêtes

Nacho Piatti est revenu sur la position au classement du Galaxy, qui est pour le moins précaire en ce moment.

Il a avoué qu’il ne détesterait pas jouer les trouble-fêtes et a rappelé une anecdote que Wilmer Cabrera a partagée avec ses joueurs cette semaine.

« Wilmer nous a dit que, la saison passée, il est allé à Los Angeles avec Houston, et le Galaxy devait gagner. Mais le Dynamo l’a remporté 3 à 2 et a sorti le Galaxy des séries. C’est une source de motivation pour nous », a-t-il indiqué.