/qubradio
Navigation

Parents de triplés et d’un enfant trisomique: le défi d’une famille de Lévis

Parents de triplés et d’un enfant trisomique: le défi d’une famille de Lévis
Photo courtoisie François Servant

Coup d'oeil sur cet article

Si l’arrivée de triplés dans une famille se veut déjà un défi en soi, l’épreuve se veut encore plus de taille lorsqu’un des bambins est atteint de trisomie 21.

Cette réalité, c’est celle avec laquelle doivent composer Sylvain Talbot et Annie Tanguay, un couple de Lévis, parents de quatre enfants, dont l’un d’entre eux, Anthony, est trisomique.

Si l’anomalie chromosomique du petit bonhomme de deux ans et demi fait aujourd’hui partie de la vie quotidienne de la famille, elle s’est d’abord avérée toute une surprise pour ses parents.

Reçus à l’émission Franchement dit ce vendredi à QUB radio, Sylvain Talbot et Annie Tanguay ont raconté qu’aucun test effectué durant la grossesse n’avait pu identifier la trisomie d’Anthony. C’est donc à la naissance que le couple a constaté la condition de son fils.

«Sur le coup, ça a frappé», a expliqué sans détour le père du garçon au micro de Jonathan Trudeau, notant que la différence d’Anthony avec son frère Zakary et sa sœur Kelyann était perceptible dès le départ.

«C’est sûr qu’au début, c’était beaucoup plus difficile. Anthony pouvait prendre un heure, une heure trente à boire ce que les autres buvaient peut-être en cinq à dix minutes. [...] On ne dormait pas beaucoup», a donné en exemple le Lévisien.

Malgré les défis et les rendez-vous nombreux, qui ont notamment poussé la mère de la famille à quitter son emploi de préposée aux bénéficiaires, Anthony évolue bien à ce jour, jugent ses parents.

Stimulé par son frère et ses sœurs, il fait du progrès, même s’il éprouve des difficultés de langage et de motricité fine.

Une nouvelle lueur d’espoir

Bien que très dispendieux, un précieux outil pourrait toutefois améliorer encore davantage le développement d’Anthony: une chambre hyperbare.

«On en a fait un essai il y a une couple de mois et on a vu que ça n’en prenait pas beaucoup pour voir la différence. [...] Ça oxygène les tissus du corps, les muscles, et, aussi, ça peut réveiller des cellules qui dorment», a expliqué le couple en entrevue.

L’équipement permettrait d’améliorer la concentration d’Anthony et l’aider à progresser sur les plans cognitif et moteur.

La famille devra toutefois dépenser un fort prix pour se procurer une chambre hyperbare, soit entre 20 000 $ et 25 000 $.

C’est pourquoi Sylvain Talbot et Annie Tanguay demandent le soutien de la population pour les aider à offrir une meilleure vie à leur fils.

Pour ce faire, la famille tiendra un souper-bénéfice gastronomique au Resto-Bar Alpin, à Sainte-Brigitte-de-Laval, le 18 octobre prochain. Au menu, les convives retrouveront les plats des chefs Patrick Dubé (Madame Chose), Stéphane Modat (Le Château Frontenac) et Éric Lessard (Le Saint-Amour).

Avec 150 couverts à 100 $ chacun, les parents d’Anthony espèrent ainsi récolter 15 000 $ au cours de la soirée.

Les personnes intéressées peuvent se procurer des billets directement auprès d’Annie Tanguay en téléphonant au 418 922-2664 ou par courriel.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions