/finance
Navigation

Renseignements personnels: un fichier central d’identification par photo pour protéger les citoyens

Coup d'oeil sur cet article

En lien avec les récentes fuites de données qui ont impliqué les renseignements personnels de millions de Québécois, une pétition a été lancée sur le site de l’Assemblée nationale pour que Québec mette en place un fichier central d’identification par photo.

Selon l’instigateur du mouvement, le gouvernement provincial a comme responsabilité «d’encadrer» et de «gérer» la création d’un tel fichier qui permettrait d’assurer une meilleure sécurité lors de transactions ou de l’obtention de financement.

À partir de ce registre, l’institution financière ou la caisse pourrait, par exemple, valider le profil physique de son client avant d’autoriser une transaction.La pétition, qui a été lancée le 17 septembre, est parrainée par la députée libérale Francine Charbonneau. Les gens ont jusqu’au 17 novembre pour signer. Rappelons que les libéraux réclament une commission parlementaire concernant la protection des données.

Contre les fuites de données

«Le gouvernement du Québec a la responsabilité de protéger l’identité et les avoirs des Québécois», peut-on lire dans le document, estimant que cette nouvelle mesure permettrait d’enrayer «la grande majorité» des fraudes, notamment celles impliquant l’identification avec de fausses cartes d’identité.

Il faut dire que depuis juin dernier, les annonces concernant des fuites de données se sont multipliées.

L’instigateur de la pétition, dont le nom n’est pas divulgué, mentionne que ces récents incidents pourraient occasionner «des problèmes graves aux citoyens» dans les années à venir. Et que ce sont les Québécois qui pourraient payer à la fin «les frais reliés aux fraudes absorbées par les institutions financières».

Il demande aussi que le gouvernement oblige Desjardins à utiliser cette nouvelle mesure de sécurité.

Pas une première

Ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement est interpellé pour agir dans ce dossier. Cet été, une pétition avait également été lancée en ligne par un citoyen afin qu’Ottawa change les numéros d’assurance sociale des membres de Desjardins qui avaient été touchés par la fuite de données.

«Le vol récent des informations confidentielles de plus de 3 millions de citoyens canadiens par le vol de données personnelles chez Desjardins fait courir un risque de vol d'identité sévère pour tous ces citoyens et cela pour la vie complète. Les victimes innocentes de ce délit ne doivent pas être abandonnées par leur gouvernement», écrivait sur la page Web Pierre Langlois.

Mercredi, cette pétition comptait plus de 147 420 signataires.

Un système dépassé

La semaine dernière, lors d’une présentation devant des gens d’affaires à Québec, le président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a avancé qu’on devait aujourd’hui songer à revoir le système d’identification des Canadiens.

«Le Canada versus d’autres pays à travers le monde n’est certainement pas un premier de classe en identité numérique. Je pense qu’on est capable d’aller encore plus loin», avait-il dit, estimant qu’Ottawa pourrait s’inspirer «de l’Estonie, de la Norvège et de la Finlande» où de nouveaux systèmes d’identification numérique ont été mis sur pied.

Desjardins a récemment créé un comité pour réfléchir à des mécanismes adaptés à l’ère numérique ainsi que les bonnes pratiques à adopter. Un rapport devrait être présenté en 2020.