/weekend
Navigation

25 ans de Friends: une amitié qui dure

25 ans de Friends: une amitié qui dure
Photo d'archives, NBC

Coup d'oeil sur cet article

Ça s’est passé le 22 septembre 1994. NBC diffuse le premier épisode de Friends. Vingt-cinq ans plus tard, la série dépeignant le quotidien d’un groupe de jeunes adultes à New York continue de gagner en popularité. Pas mal pour un sitcom ayant quitté l’antenne en 2004.

Friends a beau souffler ses 25 bougies demain, les célébrations entourant son anniversaire battent leur plein depuis quelques semaines déjà. Projections d’épisodes emblématiques au cinéma, lancement d’une collection de meubles chez Pottery Barn (la fameuse table d’apothicaire de Phoebe, Rachel et Ross), sortie d’un jeu Lego (doté de figurines de Chandler, Joey et compagnie), parutions de livres commémoratifs... Même la formation derrière la chanson du générique, The Rembrandts, est sortie des boules à mites pour jouer I’ll Be There For You au Today Show de NBC.

Le jeu Lego de <i>Friends</i>
Photo courtoisie
Le jeu Lego de Friends

À Montréal, les deux succursales du bar Chez Baptiste tiendront dimanche une soirée quiz réservée aux véritables mordus.

Parmi toutes ces activités, la plus intéressante demeure toutefois cet espace éphémère inauguré le 7 septembre dernier à New York. Dans un immense loft de Soho, au sud de Manhattan, le décor du sitcom a été remonté, incluant les fauteuils en cuir noir inclinables de Chandler et Joey, le canapé orange du Central Perk et l’appartement de Monica. Seul hic, cette mini-exposition affiche complet jusqu’au 7 octobre, date à laquelle elle prendra fin.

Une série de qualité

Comment expliquer le succès fulgurant de Friends plus de 15 ans après avoir tiré sa révérence devant 53 millions d’Américains ?

Sa présence sur Netflix a certainement contribué à gonfler sa notoriété auprès des jeunes générations. Selon le cabinet Nielsen, Friends figure toujours parmi les titres les plus regardés du service de vidéo sur demande. L’œuvre de Marta Kauffman et David Crane est même plus populaire que plusieurs productions originales du géant du streaming. Devant ces statistiques, personne ne s’étonnera qu’il ait payé aux alentours de 130 millions $ pour continuer d’héberger ses 10 saisons en 2019. Car en 2020, Friends migrera sur HBO Max, la nouvelle plateforme de diffusion en continu de Warner Media.

Au-delà du facteur Netflix, la chimie entre Jennifer Aniston, Courteney Cox, Lisa Kudrow, Matt LeBlanc, Matthew Perry et David Schwimmer explique pourquoi Friends demeure au sommet. La qualité des textes compte également pour beaucoup, croit l’écrivaine québécoise India Desjardins.

« C’est la relation entre les personnages, la gang d’amis... Friends, c’est une comédie qui n’est pas juste basée sur le rire. C’est aussi beaucoup basé sur l’émotion », indique l’auteure du Journal d’Aurélie Laflamme et fan avouée du sitcom.

Des critiques

Tout n’est pas rose au royaume de Friends. Comme tout bon phénomène culturel né au 20e siècle, la série a fait l’objet de quelques critiques au cours des dernières années. Certains « millenials » accusent la série-culte de sexisme, notamment à cause du personnage de Joey, un tombeur de femmes. D’autres jugent certains gags grossophobes, particulièrement quand Courteney Cox revêt un « fat suit » pour incarner la version adolescente de Monica. Et bien que Friends ait été l’une des premières séries à présenter un mariage entre deux femmes, des reproches d’homophobie émergent sporadiquement.

« Effectivement, quand on regarde les épisodes avec notre regard de 2019, on doit admettre que certaines répliques ont mal vieilli, déclare India Desjardins. Mais c’est normal après 25 ans. L’humour évolue. »

India Desjardins
Photo courtoisie, Stéphanie Picard
India Desjardins

Il s’agit d’un revirement de situation pour Friends, qui comportait plusieurs intrigues jugées « avant-gardistes » au milieu des années 1990. India Desjardins mentionne la courbe du personnage de Rachel, une fille à papa qui quitte son copain dentiste en pleine cérémonie de mariage pour repartir à neuf. « Il y avait quelque chose de très moderne dans cette histoire d’émancipation. »

Générations Friends

Friends n’est pas l’affaire d’une seule génération. Quinze ans après avoir quitté l’antenne, le sitcom américain continue de gagner des adeptes. Nous avons discuté avec trois grandes fans de Friends, toutes issues de groupes d’âge différents.

Ludivine Reding

25 ans de Friends: une amitié qui dure
Photo Instagram

 

Ludivine Reding n’était pas encore née quand Friends est entré en ondes en 1994. L’actrice de 22 ans a découvert la série en naviguant sur Netflix, en 2017. Elle s’est aussitôt mise à rire à voix haute, et quatre mois plus tard elle avait englouti les 236 épisodes. En entrevue, la star de Fugueuse ne tarit pas d’éloges pour l’interprétation de Jennifer Aniston et compagnie, mais également pour l’écriture. « C’est punché et c’est tout le temps drôle. Les personnages sont tellement bien définis. »

Selon Ludivine, Friends continue d’obtenir de succès parce que tout le monde peut s’y retrouver. « Ce qui arrive dans cette gang d’amis arrive dans toutes les gangs d’amis début vingtaine. On souhaite tous avoir une gang comme ça, où tout est simple, tout est facile. Tu rentres chez l’un et chez l’autre quand tu veux... »

► Épisode préféré : The One Where Ross Is Fine (saison 10)


Marie-Lyne Joncas

25 ans de Friends: une amitié qui dure
Photo courtoisie, Émilie Hébert

 

Marie-Lyne Joncas se souvient bien du jour où elle a regardé son premier épisode de Friends. C’était au tournant des décennies 2000 et 2010, chez une amie. « Quand je suis partie de chez elle, je suis allée au HMV, pis j’ai acheté les 10 coffrets DVD. J’me suis tapé les 10 saisons et j’ai recommencé tout de suite après. »

L’humoriste de 32 ans, membre des Grandes Crues, qualifie la série de tour de force. « Dans la vie, je n’ai jamais été groupie, mais je pourrais mourir d’une crise cardiaque en rencontrant un membre de Friends. »

Quand on demande à Marie-Lyne Joncas pourquoi elle croit que Friends gagne encore des adeptes en 2019, elle parle du profond lien d’attachement qu’elle a formé avec chacun des personnages. « Ça devient tes amis pour vrai », souligne celle qui désire se faire tatouer un homard, en clin d’œil à l’allégorie du « lobster » employée par Phoebe pour décrire Ross et Rachel. Les vrais savent.

► Épisode préféré : The One With Ross’s Tan (saison 10)


Marie-Soleil Michon

25 ans de Friends: une amitié qui dure
Photo Chantal Poirier

 

Marie-Soleil Michon a pris le train de Friends en 1995. « C’était LA série, dit-elle. On regardait ça chaque jeudi soir. J’approchais la vingtaine. Les personnages étaient juste un petit peu plus vieux que moi. On voulait être eux. On voulait avoir leur vie. »

À cette époque, l’étudiante en journalisme utilisait Friends pour cerner les tendances mode. « C’était une émission qui donnait le ton. Les coupes de cheveux, les vêtements. C’était un baromètre. »

À 42 ans, Marie-Soleil Michon a délaissé Friends. Mais quand elle tombe sur une reprise, la magie opère encore. « C’est comme une valeur refuge. Quand t’es en voyage à l’extérieur, pis que tu t’ennuies de chez vous, ouvre la télé, pitonne un peu et c’est sûr que tu vas trouver une reprise de Friends. Tu peux être au Kazakhstan et tes chances sont bonnes ! »

« Friends, c’est feel-good. C’est comme un bonbon. C’est comme un caramel. Et qui n’aime pas le caramel ? »

► Épisode préféré : The One Where Ross Finds Out (saison 2)