/misc
Navigation

Les méchants écologistes expliqués à Soliane

Les méchants écologistes expliqués à Soliane
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Un sujet qui intéresse Soliane. 

Je l’ai dit dans mes textes précédents: je tiens à instruire correctement ma petite-fille Soliane, qui vient d’avoir douze ans, avant que des gauchistes invétérés ne viennent lui cuisiner la cervelle d’idées socialistes malsaines qui viendront gâcher sa vie. Des gauchistes, il y en a malheureusement partout, à l’école, dans votre quartier, et bien évidemment en politique avec Québec solidaire. Déjà, je pars avec une strike contre moi: elle a rencontré Amir Khadir et Luc Ferrandez. Comme elle a aimé ces deux énergumènes, c’est donc dire qu’ils ont déjà commencé à l’intoxiquer à leurs folleries socialistes. Mais non, ils ne m’auront pas, même à l’usure. J’ai tout de même ma dignité. Mes homélies vont lui servir d’antidote et de cure idéologique. Verriez-vous ça une socialiste dans la famille?   

Aujourd’hui, Soliane, on va parler d’environnement, un sujet qui t’intéresse, car c’est tes amis et toi qui allez vivre sur cette planète. Une planète en santé que les capitalistes, les transnationales, les politiciens et le patronat, qui sont tous peinturés d’un vert verdoyant, tiennent à te léguer envers et contre tous, même contre ces écologistes extrémistes qui dénaturent souvent les faits et polluent la vérité et les médias qui sont entichés à la vertu écolo.  

Le capitalisme pour sauver la planète  

Commençons Soliane par les vrais faits indéniables: «Le capitalisme est écologique», que nous disait scientifiquement, en 2003, l’Institut économique de Montréal (IEDM), un organisme de recherche patronal financé par les entreprises privées, mais qui conserve jalousement son indépendance... Une étude qui devrait être obligatoire aux élèves de l’école primaire afin de les conscientiser. L’IEDM, l’Institut qui connaît ça, le réchauffement climatique et l’environnement. 

Et puis Soliane, Pierre Desrochers, un professeur de géographie à l’Université de Toronto (probablement un autre cerveau qui a quitté le Québec en raison de la forte présence d’écologistes et de syndicalistes endurcis) et aussi chercheur associé à l’IEDM, l’a bien dit dans sa lucide opinion publiée dans La Presse du 22 avril 2010: «Le capitalisme écologique. Ce n’est pas le militantisme vert qui a permis d’améliorer la qualité de notre environnement, mais l’économie de marché». 

D’accord Soliane, il n’y a pas eu «d’amélioration» sur le plan de l’environnement, mais bien une grosse détérioration. Console-toi en te disant que la pollution aurait été nettement plus grande si on avait remplacé l’économie «verte» de marché par le socialisme. Et puis, à long terme, ça va s’améliorer au niveau de l’environnement si on laisse le marché agir librement sans entraves ni irritants. Je te le répète: l’intérêt personnel du capitalisme conduit forcément à l’intérêt général et au bien-être de tous.  

Il ne faut surtout pas de règlements coercitifs qui vont venir polluer les lois «naturelles» du marché comme les patrons l’ont dit: «Changements climatiques. Le patronat mise sur les lois du marché [qui sont tout à fait naturelles]. Le test climat prévu dans le projet de loi 102 [qui vient brimer la liberté des agents économiques] est jugé superflu». 

Comme toujours, le patronat fait preuve d’une retenue exemplaire en taxant cette loi de seulement «superflue». Non, toute loi gouvernementale est une agression, sauf peut-être les lois qui protègent la propriété privée, le respect des contrats et qui font respecter le désordre établi et les institutions. Des lois qui subventionnent les entreprises et qui légalisent les paradis fiscaux, ça, c’est correct.  

Moi je te dis, Soliane, on ne passera pas le réveillon à cogiter sur les mérites du marché libre pour sauver la planète. Beaucoup de gens importants et riches dans la société l’ont démontré avec des preuves scientifiques, par exemple l’ancien éditorialiste en chef émérite de La Presse, que tu as sûrement vu à la télé de Radio-Canada, Alain Dubuc, et qui vient de se recycler dans l’industrie du cannabis. Il l’a d’ailleurs démontré dans son vibrant éditorial publié le 15 avril 2015: «Le capitalisme environnemental».  

J’espère que tu me crois maintenant. Ce n’est pas n’importe qui qui l’a dit, mais bel et bien l’unique Alain Dubuc. Alors tu n’as pas d’autre choix que d’avoir la foi dans l’économie de marché libre afin de prendre soin de ta planète et de celle de tes (futurs) enfants. 

Et il ne faut pas oublier l’apport gigantesque des banques et autres institutions financières à la cause environnementale comme l’a si bien plaidé Andrée-Lise Méthot, fondatrice de Cycle Capital Management: «La finance au secours de la planète». 

Les banques au secours de la planète, mais pas au secours de la protection des données personnelles de leurs clients par contre. 

La vraie nature nuisible des écologistes 

La protection de l’environnement est partie prenante de l’économie de marché libre. Les deux ne sont qu’un, Soliane. Alors les écologistes, souvent de gauche (tu imagines!!!!), comme Greenpeace et Nature Québec, sont «superflus» et inutiles. À moins que ce soit des écologistes conciliants et consensuels comme le nouveau candidat du Parti libéral du Canada, Steven Guilbault – en fait plus conciliant qu’écologiste – ou encore celui qui jappe très fort, mais qui ne mord jamais, le dramaturge Dominic Champagne qui permet de faire diversion et d’alimenter les médias et les lignes ouvertes. 

Soliane, les groupes écologistes, en plus de porter à gauche, sont aussi des terroristes. Tu ne veux pas faire partie de leur gang, hein Soliane? Ce n’est pas moi qui dis ça, mais bel et bien l’ex-ministre conservateur de la Sécurité publique: «Haro sur les extrémistes écolos. Vic Toews craint [avec raison] le terrorisme de groupes environnementaux». 

Il faudrait les exporter (un voyage aller seulement) aux États-Unis où Donald Trump les passerait au cash, lui qui pense que le réchauffement climatique est un canular. Je te le dis, Soliane, nous on est trop tolérants avec ces écolos qui freinent le progrès et l’enrichissement du pays et dans les faits nuisent à la sauvegarder de la planète.  

En plus d’être des terroristes, les écologistes sont aussi des extrémistes, qu’a dit Stephen Harper afin de défendre énergiquement et courageusement l’exploitation de sables bitumineux qu’il a qualifiés de «ressource renouvelable»: «Manifestation contre les sables bitumineux. Des extrémistes qui veulent tuer l’emploi». 

Des gens peu, et même pas recommandables, n’est-ce pas Soliane?  

Tiens, une autre pour toi Soliane, afin de te prévenir et te faire prendre conscience du mal ambiant: «Le SCRS [Service canadien du renseignement de sécurité] soupçonné d’avoir espionné des militants écologistes».  

Et aussi celle-ci: «Gaz de schiste. Écologistes ciblés par la GRC et le SCRS ». 

Bah, le SCRS et la GRC font bien de les surveiller et de les espionner. C’est pour notre bien, pour le respect de la propriété privée et le libre marché qu’ils ont ça. Avec eux, on est en bonnes mains.  

Terroristes, extrémistes et désinformation 

Comme si ce n’était déjà pas assez comme ça, Soliane, les écolos font et pataugent dans la désinformation afin de salir la saine réputation de nos créateurs de richesse que sont les pétrolières, les forestières, les mines, etc. La désinformation est aux écologistes ce que la vérité est au patronat et aux politiciens, Soliane. Bravo à notre ex-premier ministre libéral québécois, Philippe Couillard, et à ses courageux ministres pour cet acte de bravoure: «Québec [PLQ] déclare la guerre à Greenpeace, qu’il accuse de faire de la désinformation». 

Et encore aussi merci à l’ex-maire visionnaire de Saguenay, dont la brave sortie fut appuyée par l’ex-ministre Nathalie Normandeau qui a toujours été un modèle d’éthique et de vérité pour nos enfants: «Jean Tremblay: appel à la mobilisation contre Greenpeace et les intellectuels».  

Les intellectuels, des gauchistes de salon qui endoctrinent nos enfants avec leurs belles paroles. 

Et pour terminer, Soliane 

«Oléoduc Énergie Est ». Des experts recommandent de distraire les écologistes». 

Non, ça ne fonctionnera pas. Ce sont des têtes dures. Il faut vraiment les exporter que je te dis. Tout n’est pas rose au Québec. Il y a plein d’écueils qui guettent nos enfants. Et c’est notre responsabilité de parents et de grands-parents de les protéger. Et ne fais pas semblant, Soliane, tu sais que ces dangerosités s’appellent écologistes, syndicalistes, intellectuels, communistes. Mais sois assurée, Soliane, que ton grand-papa est là pour veiller sur toi.