/world/opinion/columnists
Navigation

Pourquoi est-il si difficile d’agir?

Coup d'oeil sur cet article

Pourquoi est-il si difficile de sauver la planète ? Les grandes marches d’hier pour sauver la planète montrent que partout dans le monde plusieurs populations sont conscientes des problèmes de réchauffement climatique.

Pourtant, il y a longtemps que le réchauffement est entamé et il y a longtemps que diverses organisations scientifiques nous avertissent que les changements climatiques vont créer de plus en plus de catastrophes naturelles. Malgré quelques actions louables, les pires scénarios deviennent de plus en plus probables. C’est que les changements climatiques ne sont pas qu’un problème scientifique, ils constituent d’abord un problème politique.

1. Pourquoi les changements climatiques constituent-ils un problème politique ?

La communauté scientifique reconnaît presque unanimement que les changements climatiques proviennent principalement des activités humaines. Ces activités humaines ont changé significativement la composition de l’atmosphère, ce qui a entraîné son réchauffement global. Ce réchauffement entraîne des catastrophes climatiques plus fréquentes et extrêmes. La seule manière de ralentir le processus de réchauffement consiste à modifier les activités humaines pour que l’atmosphère se dégrade moins rapidement. Or, modifier les activités humaines est du domaine de la politique. En ce sens, les manifestations de vendredi contre les changements climatiques visent juste : elles font sortir le problème du cercle trop restreint des scientifiques.

2. Pourquoi Donald Trump s’est-il retiré de l’accord de Paris sur le climat ?

Donald Trump est à bien des égards un homme du 19e siècle. Il estime, comme plusieurs autres personnes, que les changements climatiques ne constituent pas un problème pour l’humanité, mais une occasion d’affaires. Pour lui, les progrès technologiques parviendront à résoudre le réchauffement de la planète. Ce réchauffement est même une bonne chose, croit-il, du strict point de vue économique. En effet, les nouvelles conditions climatiques vont stimuler l’inventivité humaine, faire émerger de nouvelles solutions, et finalement permettre à de nouvelles industries de se développer. Dans cette logique il est non seulement inutile, mais contre-productif, de lutter contre les changements climatiques.

3. Quelle est la logique de ceux qui veulent lutter contre les changements climatiques ?

La logique repose sur la prise de conscience que les ressources de la Terre sont limitées. Les changements technologiques requis, comme les rêves d’exploiter les ressources des autres planètes, se concrétiseront trop tard pour éviter de grandes catastrophes sur la planète.

4. Pourquoi les décideurs politiques bougent-ils si lentement ?

Trop d’intérêts financiers et politiques sont en jeu. Personne, par exemple, ne veut décréter que désormais la viande de bœuf se vendra plusieurs fois son prix actuel parce que le coût de dégradation de l’environnement que représente l’élevage des bovins y serait incorporé. Personne ne veut dire aux régions pauvres de la planète, en Chine, en Afrique, ou ailleurs, qu’elles vont demeurer pauvres parce que l’industrialisation requise pour qu’elles se développent va trop contribuer au réchauffement de la planète. Les autorités politiques en place dans ces régions se feraient dégommer par le premier populiste venu.

5. Que va-t-il arriver ?

Tant que les États ne réglementeront pas sévèrement les activités industrielles et agricoles, le climat continuera à se réchauffer. Mais cette réglementation universelle n’est pas pour demain. Plus que les manifestations, les grandes migrations et les grandes destructions provoquées par les catastrophes climatiques feront bouger les gouvernements. Beaucoup de morts et beaucoup de souffrances inutiles pourraient être évitées. Malheureusement, l’histoire enseigne qu’il faut presque toujours de terribles catastrophes pour que des politiques décisives soient adoptées.