/sports/hockey/canadien
Navigation

Charlie Lindgren continue d’y croire

Charlie Lindgren estime avoir sa place dans la Ligue nationale.
Photo Martin Chevalier Charlie Lindgren estime avoir sa place dans la Ligue nationale.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien amorce lundi soir la dernière étape de son camp. Trois matchs, voilà ce qui reste aux joueurs toujours en lutte pour convaincre l’état-major du Canadien qu’ils ont ce qu’il faut pour amorcer la saison à Montréal. L’heure des grandes décisions approche.

Avec le renvoi de Cayden Primeau à Laval, en compagnie d’Otto Leskinen, ils ne sont plus que trois gardiens en lice. En blanchissant les Sénateurs samedi, Keith Kinkaid a pris une longueur d’avance dans la course au poste d’auxiliaire de Carey Price. D’ailleurs, on ne voit pas comment Claude Julien pourrait lui préférer Charlie Lindgren.

Toutefois, avant de partir pour Ottawa, samedi matin, l’entraîneur du Canadien a soutenu qu’il ne fallait pas éliminer le gardien américain de la course trop rapidement.

« Il ne faut pas écarter les autres, comme Lindgren, qui ont bien joué à notre niveau. Ce sont des décisions que l’on va sûrement prendre à la fin », avait-il souligné.

Mis au parfum dimanche matin, le principal intéressé a accueilli cette déclaration comme une belle marque de confiance.

« L’équipe d’entraîneurs et les gars dans ce vestiaire croient beaucoup en moi. D’ailleurs, c’est réciproque. Je suis dans une bonne situation et entendre ce genre de commentaire de la part de l’entraîneur, c’est positif », déclaré l’athlète de 25 ans.

Savourer chaque instant

Puisqu’il s’agira du dernier match préparatoire, on imagine que Julien offrira le départ de samedi contre les Sénateurs à Price. Par conséquent, Lindgren, qui n’a vu de l’action qu’à Bathurst, contre les Panthers, pourrait être envoyé dans la mêlée pour l’un des deux affrontements de la semaine contre les Maple Leafs (lundi soir à Montréal, mercredi à Toronto).

Même s’il s’agira probablement de sa dernière chance de se faire valoir, Lindgren se présentera devant son filet avec son flegme habituel.

« Je vais continuer de pousser et je vais continuer de me battre, a indiqué celui dont la saison a été parsemée de quelques embûches l’hiver dernier. Je n’essaierai pas d’être quelqu’un que je ne suis pas. Je resterai calme. C’est le camp du Canadien. Je savoure chaque instant. »

À la croisée des chemins

La mise sous contrat de Kinkaid, en juillet, a sans doute mis ses efforts à rude épreuve. Avec un contrat de la LNH auquel il reste deux saisons, Lindgren devait croire en ses chances de succéder à Antti Niemi.

« Rien ne vous est donné, c’est la Ligue nationale de hockey. Dans mon esprit, il n’y a aucun doute que je peux jouer dans ce circuit. J’ai prouvé que j’étais en mesure de le faire lors du dernier match de la saison contre les Maple Leafs.

« Il s’agissait ni plus ni moins d’un essai. Ça faisait plus d’un an que je n’avais pas joué dans la LNH. Je crois m’être très bien tiré d’affaire. J’avais réussi à résister à quelques bonnes occasions de marquer des Leafs », a-t-il ajouté à propos de ce gain de 6 à 5 acquis en tirs de barrage.

Cependant, avec Primeau maintenant dans le décor, on peut se demander si l’avenir de Lindgren ne se trouve pas ailleurs que dans l’organisation du Canadien. On pourrait en avoir une idée bientôt puisque Marc Bergevin devra soumettre son nom au ballotage avant de le céder au Rocket.