/news/consumer
Navigation

Le véganisme est bénéfique pour les sportifs, selon un ancien joueur des Alouettes

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L’ex-joueur des Alouettes de Montréal, Marc-Olivier Brouillette, a amorcé toute une transition il y a quatre ans en changeant son alimentation et son mode de vie pour devenir végane.

Porte-parole pour la première fois du Festival végane de Montréal, l’ex-professionnel de la Ligue canadienne de football veut faire mentir les mythes autour du véganisme.

«Des personnes pensent que les athlètes ne sont pas en mesure de performer s’ils adoptent un régime alimentaire végane. Toutes les plantes, les légumes et les grains, il y a de la protéine dedans aussi. Il y a aussi le mythe que pour développer des gros muscles, pour faire un sport "rough" comme le football, il faut manger de la viande! En réalité, le niveau de protéine que l’on requiert afin de conserver et d’augmenter notre masse musculaire est beaucoup moindre que [ce que l’on peut penser]», a expliqué le sportif, en entrevue sur les ondes de LCN.

Le footballeur qui a mis fin à sa carrière il y a quelques mois, dit même être devenu végane «strictement pour la performance au niveau du football».

«Je voulais aller chercher un avantage [sur les autres joueurs]. Rendu au niveau professionnel, tout le monde a du talent, tout le monde est gros, fort, rapide. Moi, je voulais aller chercher ce petit 1 ou 2% sur les autres joueurs. C’est là que j’ai commencé à aller chercher de l’information», a raconté Marc-Olivier Brouillette.

Pour lui, c’est particulièrement la récupération entre les entraînements qui a fait toute la différence.

«Il y a eu une réduction dans le temps nécessaire entre les entraînements pour pouvoir récupérer. Dès que j’ai commencé, j’ai vu les résultats. Je n’ai jamais regardé en arrière après cela», a-t-il témoigné.

Appelé à commenter l’action de militants véganes survenue au Costco du Marché Central jeudi soir, le porte-parole dit préférer convaincre le public d’une manière plus douce.

«J’apprécie le message et leur action. Moi, je suis plutôt le style à donner des conseils, répondre à des questions et ne pas forcer, imposer mes croyances sur les autres. Je vais toujours être disponible si quelqu’un m’écrit sur Instagram pour avoir des conseils», a-t-il soutenu.