/news/green
Navigation

Greta Thunberg livre un discours enflammé à l’ONU

Des environnementalistes déçus du peu d’actions annoncées lors du sommet

Coup d'oeil sur cet article

« Vous n’êtes toujours pas assez matures pour voir la réalité en face », a déclaré Greta Thunberg devant des dirigeants beaucoup plus vieux qu’elle, lundi, mais qui ont encore une fois déçu par leur tiédeur au sommet de l’ONU.  

• À lire aussi: L’ONU déclare l’urgence climatique, les dirigeants mondiaux sous pression  

La militante suédoise de 16 ans, qui sera de passage à Montréal vendredi, a livré un discours qui sonnait comme le tonnerre en ouverture du sommet de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur l’action climatique.  

« Je ne devrais pas être là, je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan [...] Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses », a-t-elle scandé, la voix tremblante de colère. 

 

Photo AFP

Sur les réseaux sociaux, de nombreux détracteurs n’ont pas manqué d’accuser l’adolescente d’exagération. Mais pour Patrick Bonin, de Greenpeace, il s’agit d’un des discours les plus puissants qui ont jamais été prononcés aux Nations unies sur la question.  

« Son discours résonne dans le cœur de toutes les petites Greta du monde, et aussi des vieilles Greta comme moi », abonde Isabelle St-Germain, d’Oxfam-Québec, qui se dit émue par ces paroles après avoir elle-même milité pendant plus de 15 ans dans des groupes environnementaux.  

 

Photo AFP

Inaction« Les jeunes ne comprennent pas cette inaction [des gouvernements] », ajoute-t-elle.  

Et cet immobilisme des politiciens a une fois de plus paru lors de l’événement, lundi. Le but du sommet était d’amener les dirigeants de la planète à rehausser leur niveau de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, mais l’impulsion décisive n’est pas venue.  

Certes, l’ONU a annoncé lundi qu’il y avait maintenant 66 États engagés à devenir carboneutres d’ici 2050. Mais il s’agit surtout de petites nations qui n’ont pas traduit leur engagement dans des lois nationales.  

Ni la Chine ni l’Inde, deux pays qui dévorent du charbon, n’ont pris de nouveaux engagements à la tribune. 

Le World Resources Institute, Greenpeace, Oxfam et 350.org ont tous exprimé leur déception. 

Espoir 

L’espoir repose donc sur l’énorme mouvement de mobilisation de la jeunesse, croit Mme St-Germain.  

C’est ce qu’elle lit dans les mots de Greta, qui a conclu son discours par : « Le monde se réveille et le changement arrive, que cela vous plaise ou non ». 

– Avec l’AFP 

Extraits de son discours 

« Nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? » 

« Les yeux des futures générations sont rivés sur vous. » 

« Si vous décidez de nous laisser tomber [...], nous ne vous pardonnerons jamais. Nous ne vous laisserons pas vous en sortir comme ça. » 

Des réactions 

« Sa colère est très justifiée. [...] C’est criant de vérité, et d’une efficacité redoutable. » 

– Patrick Bonin, Greenpeace 

« J’avais les larmes aux yeux. [...] On a très hâte à [la marche de] vendredi [à Montréal]. Il y a des murs qui vont tomber. » 

– Isabelle St-Germain, Oxfam-Québec 

« La plupart des grandes économies n’ont pas du tout été à la hauteur. » 

– Andrew Steer, World Resources Institute