/news/transports
Navigation

Québec veut multiplier les trajets de navettes pour travailleurs

La ministre Chantal Rouleau qualifie le service de navette de l’est de «succès» à multiplier autour de l’île

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la navette fluviale entre Pointe-aux-Trembles et le Vieux-Montréal cesse ses opérations cette semaine, la ministre responsable de la métropole s’engage à prolonger le service dès l’an prochain et vise à créer un plus vaste réseau de navettes.  

Entre le 16 juin et le 17 septembre, 55 000 personnes ont utilisé la navette fluviale de l’est. «J’appelle ça un succès!» lance la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau. Si le service de navette prend fin dès samedi 28 septembre, l’élue promet qu’il sera prolongé et bonifié l’an prochain.  

Photo CRE-Montréal, Nilson Zepeda

«Mon objectif, c’est un service d’au moins 10 mois par année et on me dit que 12 mois, ce serait possible», explique-t-elle. Mme Rouleau indique que son équipe songe à ajouter d’autres lieux d’embarquement, peut-être sur les rives de Repentigny, de Rivière-des-Prairies et du parc Bellerive.  

L’élue affirme vouloir développer plusieurs autres trajets de navettes, pour offrir de nouvelles options de déplacement aux gens de la Rive-Sud et de l’Ouest-de-l’Île. «Montréal est la seule grande métropole insulaire au monde à ne pas avoir un réseau de navettes maritimes ou fluviales.» Le réseau actuel de navettes autour de Montréal est récréotouristique, souligne-t-elle, il faut le bonifier et l’adapter aux travailleurs.  

Bilan de l’été  

La ministre admet que cet été, ce n’est pas toujours aux heures de pointe que la navette de l’est était la plus remplie, mais souvent en milieu de journée, par des touristes. «Les gens doivent comprendre que c’est avant tout un moyen de transport en commun», dit-elle.  

Photo CRE-Montréal, Nilson Zepeda

Pour que la navette soit comparable à un service d’autobus sur l’eau, Mme Rouleau promet qu’un arrimage avec la carte OPUS aura lieu, sans toutefois confirmer que ce sera chose faite l’an prochain. «Il y a un enjeu de technologie, mais je pousse énormément les équipes pour avancer sur ce dossier-là». L’accessibilité universelle aux navettes sera aussi améliorée, promet la ministre.  

Enfin, Chantal Rouleau se dit ouverte à étudier avec la Société de transport de Montréal la mise en place d’une ligne d’autobus menant au lieu d’embarquement de la navette dans le Vieux-Pointe-aux-Trembles. Cette ligne pourrait faire partie des mesures d’atténuation offertes aux usagers de la ligne de train de Mascouche, pense-t-elle, dont les quelque 3000 usagers n’auront plus accès au centre-ville à partir de 2020, et ce, pendant au moins deux ans.  

«Aidez-nous!»  

Chantiers qui traînent, intersections dangereuses, aménagements urbains absurdes, lâchez-vous lousse! Faites-nous part des situations qui irritent votre quotidien en joignant le groupe Facebook «Dans le trafic».