/news/transports
Navigation

Travaux du tunnel La Fontaine: les camions transportés sur des barges

La ministre Chantal Rouleau convaincue de pouvoir mettre en place un service de cabotage

Coup d'oeil sur cet article

Pour éviter une congestion monstre durant les quatre ans de travaux dans le tunnel La Fontaine, la ministre déléguée aux Transports Chantal Rouleau s’estime capable de concrétiser son projet de transport de camions d’une rive à l’autre du fleuve à l’aide de barges pour qu’il perdure même après la fin du chantier.

En entrevue avec Le Journal, la ministre responsable de la région de Montréal a déclaré être en discussion active avec le gouvernement fédéral et le Port de Montréal pour analyser les aménagements nécessaires à ce type de transport maritime appelé «cabotage». Ce service s’ajouterait à celui de navette fluviale reliant Boucherville à Montréal qui sera «confirmé prochainement», assure la ministre. 

Est-ce que ces services seraient offerts de façon définitive? «Absolument, même après les travaux», répond Mme Rouleau qui rappelle que le tunnel La Fontaine est saturé: congestionné 10 heures par jour, il est emprunté par 120 000 véhicules en plus d’être le lien inter-rives le plus sollicité par les camions. Durant les travaux de réfection, de 2020 à 2024, le ministère fermera une des trois voies dans chaque direction. 

Été comme hiver

«On va évaluer toutes les options possibles pour offrir un service [de navette et de cabotage] 12 mois par année», dit Chantal Rouleau. La ministre responsable de la stratégie maritime reconnaît que des gens au sein même du gouvernement sont sceptiques face à la complexité du projet. 

Rien ne semble la décourager: «Il y a tout le temps des gens pour dire que ça va pas marcher, mais il y en a aussi qui y croient. [...] Ce qu’il faut voir c’est la possibilité de mettre en place ces mesures de manière rapide et il faut que ce soit bien fait. Je veux avancer et je veux pas me mettre de bâtons dans les roues.» 

Mme Rouleau rappelle que la nation et l’économie québécoises ont été créées grâce au fleuve Saint-Laurent. «On a oublié notre fleuve. On veut l’utiliser à nouveau pour le transport des gens et des marchandises, de façon plus utile et plus judicieuse, tout en protégeant l’écosystème», conclut-elle. 

«Aidez-nous!» 

Chantiers qui traînent, intersections dangereuses, aménagements urbains absurdes, lâchez-vous lousse! Faites-nous part des situations qui irritent votre quotidien en vous joignant au groupe Facebook «Dans le trafic».