/entertainment/comedy
Navigation

Trente ans de carrière: «Je redécouvre le goût de faire de la scène» – Réal Béland

Trente ans de carrière: «Je redécouvre le goût de faire de la scène» – Réal Béland
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

À l’aube de la cinquantaine, Réal Béland est en pleine célébration de ses 30 ans de carrière. Après avoir goûté aux joies de la télé, du cinéma, de la mise en scène et de la musique, l’artiste a encore des envies de faire rire le public dans une salle.

Ça tombe à point, car dans quelques semaines, l’humoriste livrera les gags de son spectacle Faire semblant dans 30 villes du Québec (et à 30 $ le billet) pour souligner un important anniversaire.

«Je redécouvre le goût de faire de la scène, je le prends comme de la méditation. Ç’a l’air bizarre, mais je vis le moment sur scène et je suis vraiment bien. En plus, ma fille fait ma première partie. C’est familial, il n’y a pas d’irritants.»

«Aussi, je produis mon show, je l’ai écrit avec mon chum Steph Lefebvre qui fait de la route avec moi parce qu’il est le régisseur du spectacle, alors c’est familial, c’est facile. Peu importe la salle ou le nombre de personnes, je me sens tout le temps comme si c’est moi qui recevais le monde.»

Des retours

En plus de son incontournable personnage de Monsieur Latreille, Réal Béland ramènera un de ses classiques, Le chansonnier avec le pouf, à temps pour continuer à présenter son quatrième «one-man-show».

«J’ai repris le goût à le faire parce que je l’ai répété et je l’ai même rodé. Je me suis dit que j’allais le faire pour mes 30 ans parce que c’est trop le fun. C’est un numéro physique, ça passe bien, ça ne vieillit pas.»

Même si son expérience s’étale maintenant sur trois décennies, l’humoriste laisse encore aisément les gens s’immiscer dans son univers comique, et ce pour une raison fort simple: «Si tu veux faire avancer un artiste de 15 ans dans sa carrière, dis-lui ¨arrête de te fermer et entoure-toi de meilleurs cerveaux que toi, tu vas être 100 fois meilleur¨.»

Un des conseils qu’il a donnés à sa fille Charlotte, qui suit ses traces, abonde dans ce sens: «La pire erreur, c’est de tout faire soi-même».

Les aléas de l’humour

Comme il n’a pas de nouveau spectacle à peaufiner, Réal Béland s’intéresse au travail de plusieurs de ses autres collègues dans une nouvelle série documentaire intitulée En rodage, disponible sur les ondes de la chaîne spécialisée Z.

Développé à partir de son idée, le concept aborde les difficultés et le dur labeur des artistes qui doivent tester leurs numéros devant public.

«Le monde ne sait pas à quel point c’est chirurgical l’humour, confie le principal intéressé. Ça me fait de la peine quand j’entends les gens dire que l’humour c’est facile. Depuis tout petit, ça m’a toujours blessé. Comme mon père a fait ce métier-là, ça me blessait encore plus parce que je voyais mon père travailler constamment, essayer d’être meilleur, pratiquer sa musique à bouche, ses gags.»

Réal Béland reprendra la route en direction de Chertsey pour un spectacle le 9 novembre. Toutes ses dates de tournée se trouvent au realbeland.com. En rodage est quant à elle actuellement diffusée à Z.