/sports/racing
Navigation

Une intervention des secours trop tardive?

Le jeune coureur du Marathon est décédé, lundi

Coup d'oeil sur cet article

 Les circonstances du décès d’un jeune coureur au Marathon de Montréal demeurent remplies de questions, alors que l’organisation se défend d’avoir mal agi. 

 Une témoin de la scène qui est venue en aide à la victime de 24 ans, Patrick Neely, affirme qu’une policière a accouru dans les instants qui ont suivi sa chute, survenue vers 9 h 50. L’agente aurait ensuite mentionné qu’elle allait appeler l’ambulance. 

 «Nous avons tous pris pour acquis que les ambulances s’en venaient. Un moment donné, j’ai pogné les nerfs et j’ai appelé parce que je trouvais que c’était interminable, raconte au Journal Josée Gagnon, qui se trouvait à cet endroit par hasard. Ils m’ont dit qu’ils n’avaient reçu aucun appel à cet effet et qu’ils s’en venaient. » 

Josée Gagnon, témoin de la scène
Capture d'écran TVA Nouvelles
Josée Gagnon, témoin de la scène

 Hantée 

 Elle se dit maintenant «hantée» par la question à savoir si une intervention plus rapide aurait sauvé la vie du jeune homme, qui est décédé lundi matin à l’hôpital. 

 L’appel de Mme Gagnon a été composé à 9h56, confirme Urgences-santé, qui soutient avoir immédiatement déployé une équipe de secours. «Ce qui s’est passé avant [9h56], nous n’avons aucune information, a précisé Stéphane Smith, porte-parole de l’organisation. À 10h02, le service incendie de Montréal était sur les lieux comme premiers répondants. À 10h03, les paramédics sont arrivés.» 

 Or, il lui était impossible de dire si la policière avait bel et bien demandé l’aide d’une ambulance auparavant ou si la communication s’était perdue. Le Service de police de la Ville de Montréal n’a pas commenté. 

 Le Marathon réagit 

 Plus de 24 heures après le tragique incident, l’organisation du Marathon de Montréal a réagi en affirmant que «toutes les ressources étaient en place de manière appropriée le jour de la course», soulignant qu’il y avait plus de 50 défibrillateurs et 80 professionnels de la santé sur place, en plus de huit ambulances. 

 «Tous les rapports reliant le départ différé de la course à cet incident sont inexacts», a-t-on ajouté dans le communiqué. 

 Le Bureau du coroner a confirmé lundi la tenue d’une enquête pour faire la lumière sur le décès du jeune ingénieur.

Sur le même sujet