/opinion/columnists
Navigation

Environnement: évitons l’hystérie

Coup d'oeil sur cet article

Oui, je veux laisser une belle planète à mes enfants.

Oui, je crois qu’on est capable de faire plus d’efforts pour protéger l’environnement.

Mais peut-on avoir cette discussion calmement ? Raisonnablement, comme des adultes ?

Parce que plus ça va, plus le ton devient hystérique.

Le nucléaire, la solution ?

Un exemple...

Saviez-vous que de nombreux environnementalistes (et pas les moindres) trouvent que l’énergie nucléaire est non seulement l’énergie la moins polluante à l’heure actuelle, mais l’une des solutions à la crise écologique ?

C’est le cas du climatologue britannique James Lovelock, militant écolo de la première heure et père de la fameuse théorie de Gaïa, qui veut que la Terre soit un super organisme intelligent qui autorégularise ses différents composants pour protéger la vie.

« L’énergie nucléaire est la seule solution écologique, a-t-il écrit dans le journal Le Monde il y a quelques années.

« Il existe une seule source immédiatement disponible qui ne provoque pas le réchauffement de la planète : l’énergie nucléaire.

« L’opposition à l’énergie nucléaire s’appuie sur une peur irrationnelle nourrie par Hollywood, les lobbies écologistes et les médias. Ces peurs sont injustifiées.

« Je suis écologiste et j’implore mes amis d’abandonner leur opposition butée à l’énergie nucléaire.

« Nous n’avons pas le temps d’expérimenter nos sources d’énergie visionnaires. La civilisation est en danger imminent et doit utiliser maintenant le nucléaire – la seule source d’énergie sûre et disponible – ou endurer les souffrances qui nous seront bientôt infligées par notre planète outragée. »

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Peut-on discuter ?

Oui, je sais : lorsqu’on entend le mot « nucléaire », on a tout de suite en tête les catastrophes de Tchernobyl, de Three Mile Island et de Fukushima.

Mais depuis, disent les spécialistes, nous avons appris de nos erreurs et les mesures de sécurité ont été resserrées.

Et puis, le risque zéro n’existe pas. Selon Lovelock et les nombreux militants écolos qui prennent la défense de l’énergie nucléaire, l’utilisation persistante de l’énergie fossile est beaucoup plus dangereuse pour l’avenir de l’humanité que le nucléaire.

Je ne suis pas un scientifique. Je ne suis pas un climatologue. Et je ne suis pas un expert en ressources énergétiques.

Mais ce que je sais est que James Lovelock et Michael Shellenberger, un autre militant écolo qui a pris position en faveur de l’énergie nucléaire, connaissent plus leur dossier que Greta.

Peut-on les écouter ?

C’est tout ce que je demande.

Je ne sais pas s’ils ont raison, mais... peut-on juste prendre leurs arguments en considération ?

Un délire religieux

Malheureusement, dans le climat hystérique actuel, c’est de moins en moins possible.

Le discours environnemental a été pris en otage par des militants hyper crinqués, et les scientifiques (qui traditionnellement ont toujours représenté la voix de la raison) ont été relégués au second plan.

On nage désormais en plein délire religieux.

Maintenant, c’est crois ou crève.

Ou tu t’agenouilles en silence devant sainte Greta, ou tu es un climatosceptique imbécile qui mérite d’être envoyé au bûcher.

Il n’y a plus de discussion possible. Plus de débat. Que des admonestations, des exhortations et des excommunications.

Greta a gagné. On voit maintenant le monde comme une ado de 16 ans.

Tout est tout noir ou tout est tout blanc.