/24m
Navigation

Nathalie Bondil dirige un musée en phase avec sa ville

Nathalie Bondil dirige un musée en phase avec sa ville
MARIO BEAUREGARD/AGENCEQMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La directrice générale et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal, Nathalie Bondil, a remporté la semaine dernière le prix Hommage 20 ans Montréal centre_ville.

Il s'agit d'une bonne occasion pour faire le point sur la place qu’occupe le célèbre musée dans la vie culturelle de la métropole.

Depuis que la directrice a pris les rênes du musée en 2007, son affluence a doublé et sa superficie a crû de 30 % avec l’inauguration de deux nouveaux pavillons.

Quelle philosophie se cache derrière un tel succès ?

Lorsque l’on questionne la directrice générale sur l’objectif premier du MBAM, c’est le mot «pertinence» qui revient d’abord, donc la volonté, selon elle, de faire du musée «un vecteur de progrès social», qui accompagne les visiteurs dans les grandes préoccupations de leur époque.

«J’aime beaucoup une phrase d’Édouard Glissant, un philosophe et auteur, qui se lit comme suit : “Agis dans ton lieu, pense avec le monde”. J’espère que le musée agit dans son lieu, qui est Montréal, et pense avec le monde, c’est-à-dire qu’on reste alertes, éveillés par rapport aux enjeux globaux et actuels, que ce soit par exemple par rapport aux questions d’équité, d’écologie ou de développement durable», explique Nathalie Bondil.

Accessibilité

Si les succès que connaissent l’institution et sa conservatrice en chef peuvent s’expliquer par la volonté d’ancrer le musée dans des enjeux politiques et sociaux de notre temps, l’effort qui est déployé pour rendre les collections du musée accessibles au plus grand nombre a également son importance.

«On travaille énormément sur l’accessibilité, pour que chacun puisse se sentir chez lui, pour que le musée ne soit pas une tour d’ivoire exclusive à des élites, mais vraiment un lieu de rencontre pour tous», poursuit Nathalie Bondil.

Plusieurs expositions du musée ont connu un grand succès depuis l’arrivée de la directrice générale et démontrent la volonté d’en faire un lieu véritablement populaire. Par exemple, l’exposition «Couturissime», du célèbre créateur Thierry Mugler, a connu un succès retentissant cette année, dont les échos se sont fait ressentir tout autant au Québec qu'à l’international.

Les expositions «Pompeii», présentée en 2016, et «D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face, d’hier à aujourd’hui», présentée en 2018, ont elles aussi attiré les foules. La reproduction en deux tableaux tactiles d’une oeuvre d’Alfred Pellan, permettant ainsi aux non-voyants d’avoir accès à l’œuvre du célèbre peintre, représente également la volonté de la directrice de pouvoir satisfaire tous les publics.

«Le but, c’est que l’on demeure accessible, quel que soit votre niveau d’expertise parce que l’art s’adresse à tous. Un artiste ne crée pas que pour les seuls amateurs. L’art, pour moi, doit pouvoir s’adresser à qui que ce soit», résume Nathalie Bondil.

Équipe

C’est Nathalie Bondil qui a reçu le prix Hommage la semaine dernière, mais la directrice insiste néanmoins sur l’importance de son équipe dans l'obtention de cette récompense.

«Je ne suis pas du tout pour les visions messianiques, ça prend d’abord et avant tout une équipe extraordinaire», avance rapidement la conservatrice en chef lorsqu'on lui parle du prix obtenu.

«Et après, ça prend une ville. En fait, le musée il existe parce qu’il y a Montréal. C’est une ville que je trouve profondément inspirante et j’espère que le musée répond et respire en harmonie avec cette métropole et avec les aspirations de nos citoyens.»

Le prix Hommage 20 ans Montréal centre_ville est décerné par la Société de développement commercial (SDC) Destination centre-ville pour reconnaître la contribution d'une personnalité au développement de la ville.