/investigations
Navigation

Le Conseil du patronat met en garde le ministre Fitzgibbon contre les risques de conflits d’intérêts

L’organisation patronale rappelle le douloureux souvenir des FIER

Le Conseil du patronat met en garde le ministre Fitzgibbon contre les risques de conflits d’intérêts
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Conseil du patronat du Québec a mis en garde le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon contre les risques de conflits d’intérêts découlant de sa restructuration d’Investissement Québec (IQ).

Le CPQ approuve le projet de loi 27, qui vise à fusionner une partie du ministère de l’Économie avec IQ. L’organisme est en faveur des orientations visant à augmenter les exportations, les investissements étrangers et la productivité.

«On est tous alignés dans la même direction. Cela dit, on a posé des questions», a déclaré le président et chef de la direction du CPQ, Yves-Thomas Dorval, dans une entrevue après son passage devant la commission parlementaire.

M. Dorval a souligné à M. Fitzgibbon des «dangers» liés à la composition de comités régionaux prévus dans le projet de loi, où des projets à financer avec des fonds publics seraient identifiés.

«Si on amène des gens d’affaires, est-ce qu’il y aura une perception de conflit d’intérêts?» a-t-il demandé.

Le CPQ a même rappelé un scandale des fonds d’intervention économique régionaux (FIER) mis en place par les libéraux, où les cas de conflits d’intérêts apparents s’étaient multipliés, il y a dix ans.

«Il faudrait éviter les dérapages ou des perceptions de dérapages comme on l’a connu dans le cas des FIER», indique le mémoire de l’organisme.

Contrôle des effectifs

M. Fitzgibbon vient d’adopter un décret qui soustrait IQ à l’application de la majorité des dispositions de la loi sur la gestion des effectifs. Tout en reconnaissant la nécessité de souplesse dans le contexte d’une fusion, M. Dorval a exprimé des craintes.

«Le décret ne me fait pas peur comme tel. Ce qui me fait peur c’est l’utilisation du décret»

Dans son mémoire le CPQ souligne que la taille et la rémunération augmenteront au sein de la nouvelle structure d’IQ. Il plaide pour «une saine reddition de comptes».

«Si une telle augmentation est normale, il faut faire attention à ce qu’elle demeure contrôlée en termes de l’effectif global et de la rémunération globale», prévient le CPQ.

Des précisions à venir

Dans une entrevue qui a suivi le passage du CPQ, M. Fitzgibbon a affirmé qu’il n’a pas encore déterminé quelle proportion d’élus et de gens d’affaires fera partie des comités régionaux.

«Je vois plus ça comme un comité-conseil de gens sur le terrain», a-t-il dit.

Selon le ministre, tous les risques de conflits d’intérêts potentiels seront balisés quand la formule sera précisée. Un comité d’investissement distinct du comité régional est possible.

«Il faudra que les pratiques de gestion de risque et de conflit d’intérêts d’IQ national soient appliquées», a-t-il dit.

Selon M. Fitzgibbon, les FIER étaient une «très bonne invention», mais «leur exécution a été déficiente».

«On va devoir déterminer qu’IQ demeure le gestionnaire de risque», a-t-il dit.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.