/opinion/columnists
Navigation

Legault, le vert pragmatique

Periode des questions
Photo Simon Clark Les électeurs se reconnaissent dans « l’urgence pragmatique » évoquée par le chef caquiste, François Legault.

Coup d'oeil sur cet article

« Le décrochage est la perte de portance aérodynamique d’une surface portante due à un angle d’incidence trop important. »

Voilà la définition que j’ai glanée sur internet pour expliquer le concept dangereux du décrochage dans le milieu de l’aviation. Or, nous avons assisté au paroxysme de ce phénomène, hier, alors que ceux qui lavent plus vert que vert ont exigé d’une seule voix que nous limitions nos déplacements en avion. Pour la population, c’est le décrochage ultime.

Champagne vs Legault

La perte de contrôle s’était déjà accentuée au cours du dernier week-end lorsque le père du Pacte, Dominic Champagne, avait qualifié les caquistes de climatosceptiques. Bon, bon, bon. Vous conviendrez avec moi que le changement de ton est draconien. Car il y a exactement quatre mois aujourd’hui, monsieur Champagne paradait au Conseil général de la CAQ en applaudissant le nouveau gouvernement. Arborant fièrement un macaron « J’aime mon premier ministre », l’homme de bonne volonté reconnaissait le bien-fondé des engagements caquistes en matière d’environnement.

Puis, à peine 120 jours plus tard, le voilà qui dénonce avec virulence un bilan qui serait inexistant, alléguant même que les gestes posés tendent plutôt à démontrer une volonté de polluer davantage. Monsieur Champagne tout comme les solidaires et autres groupes de pression ne sont pas forts sur la patience, mettons.

Eux, ils ne choisissent pas de voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Non, ils le voient vide. Point. Pourtant, quand on s’y arrête un instant et objectivement, il est difficile de ne pas voir plusieurs gestes positifs posés par le gouvernement en moins d’une année au pouvoir. À commencer par l’annonce de la refonte de l’inefficace Fonds vert, la volonté de signer de multiples ententes pour exporter davantage d’hydroélectricité, notamment avec l’État de New York, ou encore le financement du projet de tramway de Québec. Certains se réjouissent même de la déclaration sur le « pétrole sale » de l’Ouest canadien, symbole de l’opposition du PM à un projet d’oléoduc qui passerait sur le territoire québécois.

Bref, monsieur Legault veut en faire plus pour diminuer notre empreinte, améliorer notre bilan. Mais il comprend que le tout doit se faire dans l’ordre et que le développement économique et la prospérité du Québec demeurent également des enjeux fondamentaux. Et j’ai la forte impression que les électeurs apprécient ce discours. Ils se reconnaissent dans « l’urgence pragmatique » évoquée par le chef caquiste.

À l’inverse, ils ne s’identifient pas aux discours extrêmes, dépourvus de toutes nuances. Comme quand on leur demande de ne plus prendre l’auto. De ne plus prendre l’avion. De ne plus faire d’enfants.

Vous me direz qu’ils seront des dizaines, voire des centaines de milliers à marcher pour le climat vendredi. Vrai. Mais vous savez quoi ? Si le ton ultra alarmiste et les attentes utopiques faisaient place à davantage d’équilibre, nous serions des millions. Faire adhérer, plutôt que faire décrocher. Ce serait bien ? Non ?

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.