/opinion/columnists
Navigation

L’enfance de Greta

US-WORLD-LEADERS-GATHER-FOR-UNITED-NATIONS-CLIMATE-SUMMIT
Photo AFP Le message environnemental de Greta Thunberg mérite une écoute. L’affirmation que son enfance fut volée est plutôt gênante.

Coup d'oeil sur cet article

La plus célèbre adolescente du globe n’y est pas allée de main morte cette semaine à l’ONU. Dans un message émotif et emporté, elle a accusé les leaders du monde de lui avoir volé son enfance. Je peux comprendre qu’elle exige que l’on protège son avenir. Mais volé son enfance ?

Une enfance en Suède au début du 21e siècle constitue l’un des plus beaux privilèges de l’histoire humaine. On ne craint pas pour le prochain repas. On subvient avec beaucoup de confort à tous les besoins de base : bien logé, correctement habillé, l’enfant suédois moyen n’attire pas la pitié.

Greta Thunberg a eu accès à une éducation de qualité, à des soins de santé et aux médicaments requis. Mal aux dents ? Il y a un dentiste à proximité. Accident ? L’ambulance peut être sur les lieux en quelques minutes et vous mènera auprès de spécialistes de haut niveau.

L’enfant suédois a accès à des loisirs, des loisirs personnels à la maison comme des activités de groupe organisées en collectivité. Une multitude de tâches ingrates sont facilitées par la technologie. La vie n’a jamais été aussi facile dans les millénaires précédents.

Pays pauvres

Même dans les pays plus pauvres que la Suède, la vie s’est améliorée. En Côte d’Ivoire, la mortalité infantile a baissé de moitié en 20 ans. C’est un exemple de ce qui se passe en Afrique. Dans le monde, on constate une baisse de 54 % de la mortalité des moins de cinq ans depuis 1990.

Des progrès impressionnants sont aussi mesurables pour des variables comme l’accès à l’éducation, la disponibilité de soins de santé ou la régression de certaines maladies. Malgré tout le progrès qu’il reste à faire, la vie s’est améliorée sur tous les continents ces dernières décennies­­­.

Ces avancées extraordinaires qui ouvrent des horizons à des millions d’êtres humains sont le résultat du « progrès » et de la « croissance économique » que Greta Thunberg dénonce âprement.

Enfances volées

Malgré tout, certains enfants du monde se font encore voler leur enfance pour reprendre les mots de Greta. Par la guerre. Par la malnutrition. Par des maladies qu’on pourrait soigner dans un pays plus riche. Personne ne devrait confondre une inquiétude pour l’avenir du climat et une enfance volée.

Les progrès de l’humanité ont provoqué des conséquences non prévues pour le climat ? Soit, regardons la chose. Greta Thunberg porte la voix de sa génération en ce qui a trait à l’importance qu’on donne à l’enjeu climatique.

Son message général attaquant les gouvernements plus enclins à parler qu’à poser des gestes concrets mérite d’être entendu. À maintes époques, les jeunes ont réclamé que les changements surviennent plus vite. Le rythme des parlements et des bureaucraties exaspère lorsqu’on est jeune et qu’on veut voir le monde changer.

Greta a le droit de crier son inquiétude pour le climat. Rappelons seulement que l’époque et le pays où elle est née la placent dans la crème des enfants favorisés de l’histoire terrestre. Des adultes doivent le lui rappeler.