/news/society
Navigation

Démission du directeur du Marathon de Montréal

Un jeune coureur de 24 ans est décédé ce week-end

Le directeur de course Dominique Piché a annoncé sa démission mercredi.
Photo courtoisie Le directeur de course Dominique Piché a annoncé sa démission mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Après une dernière édition assombrie par le décès d’un jeune homme de 24 ans et des problèmes de logistique, le directeur de course du Marathon international de Montréal a surpris mercredi en annonçant sa démission. 

• À lire aussi: Une intervention des secours trop tardive? 

• À lire aussi: Problèmes logistiques au Marathon 

« Les événements malheureux du week-end dernier lors du marathon, dont j’ai assumé publiquement la responsabilité pleine et entière comme il se doit en de telles circonstances, m’ont amené à prendre cette décision difficile », a écrit Dominique Piché dans sa lettre de démission rendue publique mercredi, disant vouloir « faire preuve d’imputabilité ».

Plusieurs questions

Le jeune ingénieur de 24 ans Patrick Neely est décédé dans des circonstances qui ont amené son lot de questions, alors que des témoins ont affirmé que les secours ont tardé après qu’il s’est effondré, victime d’un arrêt cardiorespiratoire.

Une témoin de la scène avait affirmé au Journal qu’une policière a accouru dans les instants qui ont suivi sa chute, survenue vers 9 h 50. L’agente aurait ensuite mentionné qu’elle allait appeler l’ambulance. 

« Nous avons tous pris pour acquis que les ambulances s’en venaient. Un moment donné, j’ai pogné les nerfs et j’ai appelé parce que je trouvais que c’était interminable, avait expliqué Josée Gagnon. Ils m’ont dit qu’ils n’avaient reçu aucun appel [...]. »

Or, les secours ont été appelés à 9 h 56 et sont arrivés sur les lieux vers 10 h 02.

Démission dès maintenant

La démission de Dominique Piché est en vigueur dès maintenant et concerne aussi les événements Ironman, Ironman 70.3 et Ironman 5i50 Mont-Tremblant. Elle survient deux jours après la réaction de l’organisation du Marathon de Montréal à la tragédie.

On avait affirmé lundi que « toutes les ressources étaient en place de manière appropriée le jour de la course », soulignant qu’il y avait plus de 50 défibrillateurs et 80 professionnels de la santé sur place, en plus de huit ambulances.

Le Bureau du coroner a confirmé la tenue d’une enquête pour faire la lumière sur le décès du jeune ingénieur.

Rappelons également que les participants du Marathon de Montréal ont dû patienter 50 minutes avant de pouvoir entreprendre l’épreuve, en raison d’un manque d’effectifs.