/news/currentevents
Navigation

Alcool au volant: sa défense jugée «farfelue»

Il a été déclaré coupable de conduite avec facultés affaiblies ayant causé la mort

Anthony Bélanger
Photo d'archives La voiture que conduisait Anthony Bélanger s’est encastrée dans la chambre de Rachel Middleton et de son conjoint Joël Ricard en octobre 2014.

Coup d'oeil sur cet article

JOLIETTE | La défense d’un homme niant avoir conduit la voiture qui a embouti une maison tuant sur le coup une jeune mère a été jugée « invraisemblable et farfelue ».

Anthony Bélanger
Agence QMI

Anthony Bélanger a été déclaré jeudi coupable de conduite avec les capacités affaiblies ayant causé la mort et des lésions, au palais de justice de Joliette.

Rachel Middleton, 36 ans, est décédée sur le coup et son conjoint Joël Ricard a été gravement blessé, lorsque la voiture que conduisait Bélanger s’est encastrée dans leur chambre à coucher, à Saint-Alexis dans Lanaudière, en octobre 2014. Son taux d’alcoolémie lors de l’accident était de 156 mg par 100 ml de sang, soit deux fois la limite permise.

Même si les premiers répondants ont affirmé que l’homme était seul dans la voiture et qu’il était impossible de sortir du véhicule encastré dans les décombres, Bélanger a prétendu qu’une autre personne conduisait l’auto.

Le juge Jean Roy n’a pas cru sa version, qu’il a plutôt qualifiée d’« invraisemblable, farfelue et impossible ».

« C’est comme si le Tribunal exhibait un objet noir et que tout le monde était d’accord sur la couleur, sauf l’accusé qui dirait qu’il est blanc », a soulevé le juge.

Anthony Bélanger
PASCAL GIRARD/AGENCE QMI

« Il n’y avait aucune issue pour sortir du véhicule. Les pompiers ont dû l’escalader pour aller porter secours aux victimes. À tel point que pour sortir l’accusé, il a fallu effectuer des manœuvres de désincarcération », a-t-il poursuivi.

En état d’ébriété

À la suite des expertises, seul le profil génétique de l’homme de 29 ans a été trouvé dans l’auto, a rappelé le juge Roy.

Aucun élément extérieur n’a pu provoquer la collision, sauf les facultés affaiblies de Bélanger, car selon la preuve, la voiture était en bon état et la route était droite.

« Malgré son taux d’alcoolémie, il a décidé de prendre le volant. Il est l’unique cause de l’accident. Ce n’est sûrement pas la maison qui a bougé pour se mettre devant lui », a-t-il ajouté.

M. Ricard n’en revenait pas que Bélanger ne reconnaisse toujours pas sa culpabilité.

« Je ne comprends pas ça. Ce n’est pas dans mes valeurs. Quand on fait une erreur, il faut l’assumer », a dit l’homme de 43 ans.

La mère de Mme Middleton, Jeanne Pouliot, était soulagée en entendant le verdict de culpabilité. « Justice a été rendue. »