/opinion/blogs/columnists
Navigation

Cessez la boucherie !

On ferme les yeux sur cette mutilation barbare

Cessez la boucherie !
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

  

Si vous appreniez que votre voisine a pris un couteau de cuisine et a découpé le petit doigt de sa fille, vous appelleriez la police, la DPJ, il y aurait une levée de boucliers, les médias feraient leur une avec cette histoire sordide, le gouvernement s’en mêlerait.    

  

Alors pourquoi ferme-t-on collectivement les yeux sur nos voisins-voisines qui prennent un rasoir pour découper le clitoris, les petites et les grandes lèvres de leur petite fille ?    

J’ai lu hier le livre « Silence, on coupe » de Luce Cloutier et Andrée Yanacopoulo. (Je les ai interviewées aujourd'hui à Qub Radio)   

  

  

Je suis ressortie de cette lecture absolument révoltée.    

Comment se fait-il qu’au Québec (où cette pratique est ILLÉGALE) on ferme les yeux sur cette mutilation barbare ?    

Pourquoi l’excuse-t-on ou la banalise-t-on... au nom du relativisme culturel ? Pourquoi des médecins ne dénoncent-ils pas les parents qui autorisent cette pratique ?   

Les féministes qui dénoncent la « culture du viol » sont-elles aux abonnées absentes quand vient le temps de dénoncer la « culture de l’excision » ?    

Le clitoris dérange certains hommes rétrogrades parce que c’est le seul organe humain entièrement dédié au plaisir. Le clitoris dérange parce qu’il comporte 8 000 terminaisons nerveuses qui offrent à la femme une jouissance complexe et sublime. Alors, que font les hommes que la jouissance féminine dérange ? Ils instaurent une « coutume », une « tradition » de couper le clitoris, tradition qui se transmet de mère en fille, de génération en génération. Il n’y a pas d’exemple plus flagrant de patriarcat. Pourtant nos féministes ne dénoncent pas trop fort ce partiarcat-là, africain ou asiatique... Tiens, tiens...   

Il y a au Québec des « exciseuses". Il y a au Québec des petites filles que leurs parents immigrants envoient dans leur pays d’origine pendant les vacances pour se faire mutiler, déchirer, enlever un organe au bout d’un rasoir !    

Le silence assourdissant entourant cette pratique rétrograde me dégoûte.    

Ah bien sûr, il ne faut pas pointer une « culture » du doigt, il ne faut pas « stigmatiser » une communauté, il ne faut pas dénoncer les coutumes d'un groupe en particulier..    

C’est ça que vous allez répondre à une petite fille qui aura hurlé pendant des heures, brisée dans sa chair : « On n’a rien fait, on n’a rien dit, parce qu’on ne voulait pas faire de peine à ta maman, ta tante, ta cousine, ta grand-mère » ?    

Comme dirait l’autre, « Comment osez-vous ? ».     

  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.