/misc
Navigation

La leçon de mon père

Rester calme permet de demeurer lucide, d’analyser, de comprendre et de prendre les meilleures décisions possible.

La leçon de mon père
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Si je ne me suis pas précipitée pour ajouter mon grain de sel au dossier de la jeune Greta Thunberg, c’est parce que mon opinion ne s’inscrit pas pour ou contre elle. Moi, c’est plutôt une chose qu’elle a dite, il y a un moment maintenant, qui m’a sérieusement saisi : « je ne veux pas que vous ayez d’espoir. Je veux que vous paniquiez. » Immédiatement, ça m’a ramené à un très lointain souvenir d’enfance. Permettez que je vous le partage. 

 

Alors que j’étais une très petite fille, j’ai eu la génialissime idée, un jour, de plaquer ma main sur le fer à repasser de ma mère, qui avait eu le malheur de détourner le regard pile au même moment. Pour l’enfant que j’étais alors, ce fut la panique totale. Je n’avais jamais ressenti une telle souffrance et ce qui a surtout frappé ma mémoire, c’est cette peur terrible que j’ai également ressentie pour la première fois. Mon père, qui faisait je ne sais plus quoi à table, m’a alors prise dans ses mains immenses et m’a dit doucement, mais fermement : « calme-toi ».  

 

« Calme-toi » a été le socle de toute l’éducation que j’ai reçue de lui. Ça ne m’enseignait pas l’inertie, la lâcheté ou la paresse devant l’urgence ou le dilemme, mais à ne jamais me laisser submerger par la peur, car cette dernière, continua-t-il de m’apprendre à mesure que je grandissais, allait toujours me placer en état de vulnérabilité. Que cette vulnérabilité allait ouvrir toute grande la porte aux mauvais choix et leurs conséquences qui nous font croire à la fatalité. « Calme-toi » voulait donc dire « même si tu as mal, même si tu as peur, reste en contrôle de toi pour pouvoir agir ». 

 

Plus j’avançais dans la vie, plus j’apprenais que choisir de rester calme, c’est en fait se doter du sang-froid qui nous donne le courage de regarder la peur droit dans les yeux et de lui tenir tête. De faire le pas de plus qu’elle ne nous croit pas capables de poser. Surtout, rester calme — non sans jamais manquer d’ardeur, de persévérance, d’audace et de détermination —, permet de demeurer lucide, d’analyser, de comprendre et de prendre les meilleures décisions possible.  

 

Intégrer la leçon de mon père dans les réalités de ma vie n’a pas été chose aisée. Rester calme est un défi de tous les instants, maintenant plus que jamais, mais force m’est de constater que, personnellement, c’est ce qui m’a toujours offert les meilleures chances et outils pour éviter les pièges de l’hystérie. Par le fait même, j’ai eu toutes les occasions d’apprendre et d’expérimenter combien la panique est la plus mauvaise conseillère qui soit en ce monde. Comment elle a toujours signé les pires chapitres de notre histoire.  

 

Je ne peux m’empêcher d’observer notre présente situation par ce même prisme. Au-delà des nouvelles, des reportages et des réseaux sociaux quotidiens, je remarque pourtant une conscience écologique, humanitaire et humaniste plus profonde émerger, sans tambour ni trompette, sous le chahut alarmé. Une conscience responsable, contagieuse et invitante. Une conscience calme nourrit des meilleurs espoirs, qui se refuse à la panique et qui, pour ma part, ramène toujours ma réflexion à la leçon de mon père. 

 

Aujourd’hui, je vois et j’entends cette toute jeune femme et si je saisis parfaitement le message qu’elle livre, je crois, au contraire, que la panique et le désespoir qu’elle nous somme d’embrasser signeraient la fin de l’histoire, tout le contraire, il me semble, de ce que souhaite la jeune Thunberg, qui nous exhorte à l’action. Mais pour agir, il faut d’abord y croire, mais surtout rester calme pour pouvoir se donner les meilleurs moyens d’agir. Faute de quoi, c’est le chaos qui nous attend au détour.  

 

Et s’il y a une chose que les livres d’histoire nous enseignent sous leurs grandes lignes et figures, c’est que ce n’est que dans l’espoir fou du meilleur et de l’impossible, que l’humanité a su accomplir des miracles.