/opinion/columnists
Navigation

Nos pures laines anglicisés

Coup d'oeil sur cet article

Quoi de plus urgent que la francisation des immigrants ? La refrancisation des pures laines ! Un nombre aberrant de Québécois donnent des raisons sociales à consonance anglo-américaine à leurs commerces et anglicisent notre visage.

En voyant le ministre Simon Jolin-Barrette prendre le dossier linguistique mal en point, le gouvernement Legault nous a donné l’impression que la ministre responsable de la loi 101, Nathalie Roy, avait été « tassée ».

Après les funérailles du regretté Pierre Nadeau, j’ai parlé à ladite ministre qui ne semblait pas du tout K.-O. Au contraire, elle débordait d’enthousiasme. « Cette fois, on va vous offrir du concret, M. Proulx, malgré toutes les critiques que vous avez pu m’adresser », m’a-t-elle promis, en substance.

Introspection

J’applaudis l’arrivée de Simon Jolin-Barrette dans le dossier linguistique. Je redoute néanmoins qu’avec lui, on se concentre trop sur la francisation des immigrants et pas assez sur les problèmes ataviques des non-immigrants.

Qui a nommé son bar à Hochelaga le Blind Pig ? Ou son marché gastronomique le Time Out Market ? Pensons aussi au Royalmount qui va « DIX30iser » notre île pas encore assez quétaine. Sortons de Montréal : souvenons-nous que des Sorelois ont choisi de rebaptiser leur Festival de la Gibelotte le... Gib Fest !

On voit bien que les pires ennemis de la francisation, ce sont encore des Québécois !

La paille et la poutre

« Je veux bien qu’on parle de francisation des immigrants, ai-je répondu à la ministre Roy. Mais si nos nouveaux venus baignent dans des villes aux vitrines anglicisées, à quoi bon essayer ? »

Toute promotion vigoureuse du français auprès des immigrants doit aussi viser nos « zozos » locaux qui dépersonnalisent et anglicisent nos villes. « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans le tien ? » disait à ce sujet un certain Jésus, du moins si j’en crois un de ses évangélistes.