/misc
Navigation

Un rapport incriminant pour Donald Trump

Un rapport incriminant pour Donald Trump
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le rapport du lanceur d’alerte sur l’affaire ukrainienne fournit un élément de preuve accablant à l’appui d’une éventuelle destitution du président. 

Une lecture même superficielle du rapport du lanceur d’alerte diffusé ce matin confirme que les pressions de Donald Trump sur l’Ukraine pour nuire à un rival démocrate en vue de l’élection de 2020 représentent bel et bien un abus de pouvoir passible de destitution. Le temps me manque pour une analyse complète, mais certains passages parlent d’eux-mêmes. 

Le texte du rapport est disponible sur le site du comité du renseignement de la Chambre des représentants.  

Dès les premières lignes du rapport, il est clair que le lanceur d’alerte dispose de témoignages crédibles qui confirment que le président Trump a commis un certain nombre de gestes qui constituent clairement un abus de pouvoir. « ... le président des États-Unis utilise le pouvoir que lui confère son poste pour solliciter l’ingérence d’un pays étranger dans l’élection (présidentielle) de 2020. »  

Plus loin, le rapport mentionne spécifiquement la conversation téléphonique avec le président ukrainien, dont le président s’est servi pour promouvoir ses intérêts personnels, c’est-à-dire qu’il a fait pression directement sur le président ukrainien pour aider sa propre campagne de réélection. Ces pressions consistaient d’une part à ouvrir une nouvelle enquête sur les activités de Joe Biden et de son fils dans le but manifeste de nuire à la campagne de Biden et, d’autre part, à discréditer les conclusions des services de renseignement américains sur l’affaire russe en faisant la promotion d’un scénario alternatif selon lequel le piratage des sites démocrates en 2016 avait ses origines en Ukraine.  

En plus de nombreux autres détails liés aux préoccupations mentionnées ci-dessus, le rapport souligne les efforts entrepris par la Maison-Blanche pour étouffer cette affaire en tentant de dissimuler les documents les plus compromettants, y compris la retranscription partielle de la conversation téléphonique qui a finalement été publiée hier. Si le président affirme aujourd’hui en public qu’il n’y a rien de compromettant pour lui dans cette conversation, cela ne semblait pas être sa réaction initiale, puisque des efforts considérables auraient été faits pour éviter que ces informations soient révélées.  

Cette affaire est donc loin d’être terminée et il ne serait pas étonnant que les événements déboulent assez rapidement dans les prochains jours. À surveiller par-dessus tout : la réaction des membres du Congrès républicains qui devront prendre position officiellement sur cette affaire et qui seront sans doute très attentifs à la réaction du grand public. À suivre... 

 

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.