/opinion/columnists
Navigation

Greta, l’antihéros

Coup d'oeil sur cet article

Traditionnellement, les héros sont des gens qui se sacrifient pour l’intérêt d’autrui ou de la collectivité. Malala Yousafzai, qui a risqué sa vie en s’opposant aux talibans pour défendre le droit à l’éducation, en est un exemple. Tout comme le sont Edward Snowden et Julian Assange qui ont sacrifié leur liberté pour nous informer de la surveillance globale.

Antihéros

Aujourd’hui, des écoles sont fermées et des activités sont suspendues pour permettre à tous d’obéir à la requête de Greta Thunberg d’investir les rues de Montréal. À en juger par le succès des autres marches et les génuflexions de l’élite politique, la jeune Suédoise est devenue l’héroïne planétaire du climat.

Mais quel est donc cet accomplissement exceptionnel qui justifierait qu’on paralyse des villes et que des millions de personnes la vénèrent, y compris des adultes théoriquement plus raisonnables et plus sages qu’elle ? Aurait-elle fait une découverte majeure ou inventé une technologie révolutionnaire ? Évidemment, non !

Greta Thunberg est une adolescente écoanxieuse, voire écohystérique, dont le plus grand accomplissement est d’avoir séché l’école pour passer des journées assise devant le parlement suédois. Elle est la définition même de l’antihéros. Et aujourd’hui, la nouvelle prêtresse du climat ne fait que parcourir le monde en pérorant l’évangile du GIEC pour créer une psychose collective.

Exemple

L’adolescente proteste avec arrogance contre l’inaction politique. Soit ! Peut-être devrait-elle alors prêcher par l’exemple. Plutôt que d’orchestrer des marches stériles, pourquoi n’organiserait-elle pas de « Grandes corvées de nettoyage » ? Un sac poubelle à la main, elle pourrait inviter ses fans à lutter contre la pollution en nettoyant les berges des cours d’eau. Voilà un geste qui justifierait qu’on l’admire et qu’on l’imite !

Que l’on soit climato-sceptique ou climato-croyant est sans importance. Il suffit d’être climato-logique pour comprendre que le phénomène Thunberg est le symptôme d’une société décérébrée qui adule une gamine au discours anxiogène et hargneux !