/news/green
Navigation

L’idole Greta Thunberg

L’adolescente suédoise a mené le cortège montréalais critiquant l’inaction des dirigeants

Coup d'oeil sur cet article

La militante suédoise Greta Thunberg a galvanisé les manifestants qui scandaient son nom hier à Montréal en promettant de ne jamais cesser de se battre jusqu’à ce que les politiciens agissent contre le réchauffement climatique.

« C’est mon idole », souffle Pénélope Krick, une adolescente de Vaudreuil-Soulanges âgée de 16 ans comme la nouvelle égérie de l’urgence climatique. 

« Qu’elle ait réussi à se rendre aux Nations unies pour faire passer notre message commun aux politiciens [...]. Elle a vraiment de quoi être fière », poursuit-elle. 

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Pour de nombreux manifestants, Greta Thunberg, qui marchait à la tête du cortège, est une source d’inspiration. 

Ils tenaient à défiler à ses côtés, gonflant sans doute les rangs de la foule à l’événement historique. 

« C’est bien qu’on encourage les jeunes à avoir une voix. C’est un bon modèle pour les enfants », estime Caroline Têtu, qui marchait avec ses deux enfants de 5 et 7 ans. 

Peu avant le départ, la militante écologiste s’est entretenue brièvement avec le chef libéral Justin Trudeau, présent à la manifestation. 

Trudeau « n’en fait pas assez »

« Je ne veux blâmer personne. Justin Trudeau a énormément de responsabilités et il n’en fait très certainement pas assez, mais il s’agit d’un problème global et systémique », a-t-elle répondu aux journalistes, à propos de l’échange. 

Devant le rassemblement monstre au parc Bonaventure à la fin de la grande marche, Greta Thunberg a remercié les Québécois d’être descendus dans la rue en nombre record, sous un tonnerre d’applaudissements. 

« Le changement arrive [que] vous l’aimiez ou non », a-t-elle déclaré en français à la foule montréalaise. 

Elle a souligné que le Canada et la Suède avaient beaucoup en commun, comme les hivers, le hockey et les orignaux... mais aussi des dirigeants « aux mots vides ». 

« Nous promettons que lorsqu’ils commenceront à prendre leurs responsabilités et faire leur travail, nous arrêterons de nous inquiéter et retournerons à l’école et au travail », a-t-elle lancé avec détermination. 

Les clés de la Ville

La jeune 
Greta Thunberg 
a signé le 
livre d’or de 
Montréal 
et a reçu 
les clés de la Ville 
des mains de
la mairesse 
Valérie Plante.
MAXIME DELAND/AGENCE QMI
Photo Agence QMI, Maxime Deland
La jeune Greta Thunberg a signé le livre d’or de Montréal et a reçu les clés de la Ville des mains de la mairesse Valérie Plante. MAXIME DELAND/AGENCE QMI

La jeune Greta Thunberg a signé le livre d’or de Montréal et a reçu les clés de la Ville des mains de la mairesse Valérie Plante. 

« Ils disent : “Laissez les enfants être des enfants.” D’accord, mais faites votre part », a-t-elle soutenu. 

La journée de Greta Thunberg à Montréal a culminé avec sa visite à l’hôtel de ville, où la mairesse Valérie Plante lui a remis symboliquement les clés de la Ville. 

Elle a une fois de plus remercié les Montréalais pour leur accueil, avant de signer le livre d’or de la métropole. 

Fillettes scientifiques 

Photo Hugo Duchaine

Vêtues de sarraus et de grosses lunettes, Shana Smith-Giard et Alice Dupré, âgées de 9 ans, s’étaient habillées en scientifiques pour demander aux élus de les écouter. « Les scientifiques disent depuis des années qu’il faut faire attention à l’environnement et personne ne les écoute », déplorent-elles. « Je me demande si mes enfants vont connaître la même planète qu’on a en ce moment », ajoute Alice Dupré de Saint-Mathieu. 

– Hugo Duchaine

Des déchets comme pancartes 

Photo Marie-Ève Dumont

De nombreux manifestants ont décidé de recycler des boîtes de céréales ou de couches ou encore de vieilles pancartes électorales pour afficher leur message. D’autres ont usé de leur imagination pour créer des pancartes avec des déchets trouvés chez eux ou dans leur voisinage comme des bouteilles d’eau ou des sacs de lait. 

– Marie-Ève Dumont

Deux octogénaires 

Photo Marie-Ève Dumont

Malgré que le mouvement soit plus associé à la jeunesse, deux octogénaires, Nicole Plante et Gaétane Duquette, ont décidé elles aussi de marcher aux côtés des centaines de milliers de personnes hier. « On vient donner notre appui aux jeunes, c’est merveilleux de voir autant de mobilisation. Il faut faire quelque chose, c’est trop grave ce qui s’en vient », s’est inquiétée Mme Duquette. 

– Marie-Ève Dumont

Zéro déchet 

Photo Jonathan Tremblay

Les bottines ont suivi les babines chez les manifestants, hier, qui n’ont rien laissé traîner derrière eux. Des braves ont même pris l’initiative de ramasser les quelques déchets qui jonchaient le sol après la marche, pour s’assurer de ne pas « donner de munitions » aux détracteurs. « Ça va sûrement être plus propre après la manifestation qu’avant, a lancé Lukas Domingue, 20 ans. » 

– Jonathan Tremblay