/maisonextra
Navigation

Métier de l'immobilier: L’évaluateur agréé, bien plus que de simples calculs

Métier de l'immobilier: L’évaluateur agréé, bien plus que de simples calculs
Photo Andrey Popov Can Stock Photo

Coup d'oeil sur cet article

Combien vaut votre maison? Un évaluateur agréé saura répondre à cette question, mais son expertise va au-delà de la valeur marchande si importante aux yeux des vendeurs.  

Métier de l'immobilier: L’évaluateur agréé, bien plus que de simples calculs
Photo Andrey Popov, Can Stock Photo

L’évaluateur agréé est effectivement formé pour établir la valeur d’une propriété. «Le travail de l’évaluateur agréé consiste à formuler une opinion objective sur la valeur d’un bien ou d’un droit immobilier à une date donnée», mentionne Pierre Goudreau, évaluateur agréé et président de l’Ordre des évaluateurs agréés du Québec.  

Dans le secteur résidentiel, cette valeur peut être requise dans différents contextes, notamment auprès des institutions financières au moment d’octroyer l’hypothèque, dans les cas de successions, de divorces ou de mise en vente. L’évaluateur agréé est également appelé à donner le juste coût de remplacement auprès des assureurs, alors qu’auprès des municipalités, son rôle consiste à établir la valeur foncière des propriétés. En cas d’expropriation, c’est également l’évaluateur qui arrivera au montant d’indemnité.  

Deux méthodes d’évaluation pour arriver à une seule valeur  

Une partie du travail de l’évaluateur agréé s’effectue au bureau et l’autre sur le terrain. Cet expert de l’immobilier doit recueillir des informations en allant visiter la maison pour faire état de ses différentes composantes internes et externes. Il doit également explorer le quartier.  

Avec ces informations en main, il peut procéder à son analyse, pour ensuite arriver à établir la valeur de la propriété. «Deux méthodes d’évaluations sont utilisées: la méthode de comparaison et la méthode du coût de remplacement», indique M. Goudreau.  

Une formation très complète   

Un bon évaluateur agréé doit se maintenir au courant du marché et de l’actualité économique de la région. Il doit également analyser les transactions et créer des banques de données.  

Pour exercer sa profession, l’évaluateur agréé doit être membre de l’Ordre des évaluateurs agréés du Québec. Pour pouvoir obtenir ce titre, le futur évaluateur doit détenir un diplôme universitaire donnant ouverture au permis, avoir effectué un stage d’un an sous la supervision d’un membre de l’Ordre, avoir suivi les cours de formation de l’Ordre sur les normes de pratique professionnelle et de déontologie, réussir l’examen d’admission et remplir certaines autres formalités. Et pour maintenir son titre, l’évaluateur doit suivre une formation continue.  

Bien que l’évaluation immobilière soit au cœur du travail de l’évaluateur agréé, certains se tournent vers l’estimation de la valeur d’un fonds de commerce, d’une entreprise ou d’équipements mobiliers, alors que d’autres se spécialisent dans des domaines spécifiques tels le milieu agricole ou industriel, le réseau institutionnel, ou les transports, pour ne nommer que ceux-là.  

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site de l’Ordre au oeaq.qc.ca .