/sports/racing
Navigation

Stéphane Crête : un champion méconnu

Stéphane Crête : un champion méconnu
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Le Québécois Stéphane Crête a battu tous les records de sa discipline depuis deux ans. Or, ce spécialiste du «drag» en moto est possiblement plus adulé à Bowling Green, dans l’État du Kentucky, que dans sa province natale.

L’homme de Victoriaville s’est encore signalé récemment en parcourant le quart de mille (1320 pi) en 7,95 s. S’il est difficile pour les néophytes de réaliser ce que cet exploit représente dans le monde des courses d’accélération, sachez que Crête peut se targuer d’être le premier au monde à franchir cette distance «dans les sept secondes» avec un engin comme celui qu’il conduit, soit un «no bar Harley».

«C’est comme un Harley-Davidson, mais avec des composantes de haute performance de différentes marques, a résumé Crête lors d’une entrevue téléphonique. C’est réglementé. Le moteur doit profiter d’une aspiration naturelle, entre autres.»

Crête a accompli son dernier fait d’armes le 11 août, à Napierville. Cette municipalité de la Montérégie accueille justement la finale de la Harley Drag Racing Serie & Bike Québec ce week-end. Le champion québécois y sera assurément, mais sa participation pourrait se limiter à des tests visant à se préparer pour une compétition prévue au mois d’octobre en Caroline du Nord. Propriétaire de l’entreprise Crête Performance, spécialisée dans la calibration des motos, l’homme de 51 ans sera également sollicité pour aider différents compétiteurs.

Stéphane Crête : un champion méconnu
PHOTO COURTOISIE

Vainqueur du championnat américain

Impliqué dans le circuit de l’American Motorcyle Racing Association (AMRA), Crête a raflé les grands honneurs dans la classe «outlaw street» en 2018, multipliant alors les nouveaux records tout au long de la saison. Il était par ailleurs devenu le premier participant originaire de l’extérieur des États-Unis à remporter un championnat américain.

Voyageant notamment au Michigan, en Pennsylvanie et au Kentucky pour les différentes étapes, Crête partage sa passion avec ses trois fils, Matis, Jeremy et Félix.

«Ils sont tombés dedans quand ils étaient petits et heureusement, ils aiment ça, a indiqué le paternel. Quand tu vas à un événement en famille et que tu es le seul qui s’amuse, ce n’est pas souhaitable. Souvent, on en profite ensemble.»

Entre deux courses, les enfants trouvent également le temps de jouer au football et malgré son emploi du temps chargé, Stéphane Crête tente alors d’être celui qui applaudit les exploits des autres membres de la famille.

Stéphane Crête : un champion méconnu
PHOTO COURTOISIE