/sports/racing
Navigation

Une victoire morale pour Mélanie Myrand

Elle termine 27e au marathon des mondiaux au Qatar

<b>Mélanie Myrand</b><br /><i>Marathonienne</i>
Photo courtoisie, Fédération québécoise d’athlétisme Mélanie Myrand
Marathonienne

Coup d'oeil sur cet article

Mélanie Myrand pourrait interpréter comme une victoire morale son 27e rang obtenu dans la chaleur et dans la nuit, vendredi à Doha au Qatar, lors du marathon féminin des championnats mondiaux d’athlétisme.

La Montréalaise a complété l’épreuve en 2 h 57 m 40 s, loin derrière la Kényane Ruth Chepngetich, championne en 2 h 32 m 43 s. La Torontoise Lindsey Tessier, une enseignante âgée de 41 ans, a fourni une performance honorable avec son neuvième rang en 2 h 42 m 3 s.

Réaliste

À son cinquième marathon à vie, Myrand s’était donné le défi de terminer dans la première moitié des concurrentes – ce qu’elle a réussi en considérant les 70 concurrentes au départ – et elle espérait « que ce serait encore mieux si je pouvais terminer parmi les 30 premières.».

Réaliste devant la qualité relevée des concurrentes et les conditions difficiles anticipées, l’infirmière québécoise percevait cette participation aux mondiaux comme une expérience importante dans sa progression davantage qu’une occasion pour courir sous les 2 h 29 m 30 s, le standard à réaliser d’ici au 31 mai 2020 afin d’espérer participer aux Jeux olympiques de Tokyo.

Mélanie Myrand appréhendait avec anxiété les conditions de cette course. Son chrono d’hier lui donnera raison quand on sait qu’elle avait inscrit un record personnel de 2 h 33 m 20 s à Rotterdam en avril dernier.

Ce fut loin d’être l’environnement de travail souhaité durant les six boucles de 7 km que devaient emprunter les participantes. Sur les 70 coureuses au départ, 28 n’ont pas terminé cette épreuve qui a été lancée à 23 h 59 afin d’échapper à la chaleur de la péninsule arabique. Même à minuit, la température au départ dépassait les 30 degrés !