/world/opinion/columnists
Navigation

Changements climatiques: qui est coupable?

Coup d'oeil sur cet article

Cinq pays émettent plus de 60 % de tout le gaz carbonique dans le monde : la Chine (30 %), les États-Unis (15 %), l’Inde (7 %), la Russie (5 %) et le Japon (4 %). L’Union européenne compte pour 9 % des émissions.

Tous les vieux pays industrialisés ont réduit leurs émissions de gaz carbonique (CO2). Mais deux pays ont largement ruiné les efforts de réduction des autres pays : la Chine et l’Inde. Les émissions de CO2 de la Chine et de l’Inde ont contribué respectivement à 62 % et à 15 % de l’augmentation mondiale totale entre 2005 et 2014 (dernières données disponibles). Ce sont ces deux pays qu’il faut viser en priorité pour sauver la planète.

1• Quelle est l’excuse des gouvernements chinois et indien ?

Les gouvernements chinois et indien défendent leurs émissions de CO2 en les divisant par leur nombre d’habitants. À ce compte, la Chine n’émet que 6,6 t de CO2 par habitant, tandis que l’Inde en émet 1,6 t. C’est très peu en comparaison des 15 t par habitant émises par les États-Unis. Ceci place tout de même la Chine au 40e rang sur 193 pays.

2• Qui bénéficie des réductions de CO2 des dernières années ?

De manière générale, plus un pays est nordique, plus il est industrialisé et plus ses émissions de CO2 seront fortes. Mais une question dérangeante se pose : sommes-nous en train de demander à certains pays industrialisés de réduire leurs émissions de CO2 pour que d’autres pays puissent se développer et émettre plus de CO2 ? Il semble bien que oui. En théorie, la Chine et l’Inde devraient abaisser leurs émissions totales de CO2. Mais qui va exiger cet effort de leur part, et surtout, qui pourrait faire respecter un tel engagement ? Personne pour le moment. Or, la Chine et l’Inde sont loin d’avoir achevé leur industrialisation.

3• Qui détient la solution ?

Une évidence se dégage : même si les vieux pays industrialisés y mettaient toute leur bonne volonté et qu’ils réduisaient encore, disons de moitié, leurs émissions de gaz à effet de serre, cette réduction ne serait pas suffisante pour compenser les nouvelles émissions de CO2 qui risquent de provenir de la Chine et de l’Inde d’ici une ou deux décennies.

En d’autres termes, même si la Chine et l’Inde ne sont responsables qu’en partie des émissions cumulatives de gaz à effet de serre, ce sont ces deux pays qui détiennent la véritable clé du problème et donc qui possèdent entre leurs mains l’avenir climatique de la planète.

4• Quelle est la solution ?

Il découle de ces constats que les pressions pour réduire les gaz à effet de serre devraient non seulement continuer à s’exercer contre les compagnies et les gouvernements des vieux pays industrialisés, mais que ces pressions devraient également se tourner vers la Chine et vers l’Inde. La seule façon d’exercer des pressions efficaces contre ces deux pays est d’incorporer dans les prix des produits manufacturés les coûts environnementaux du CO2, avec une taxe carbone plus élevée et plus universelle que celle qui existe actuellement, notamment pour les produits importés.

5• Quels seraient les effets négatifs de cette taxe ?

Une telle taxe serait inflationniste et elle créerait du chômage dans certaines régions industrielles, notamment en Inde et en Chine. Justement, la simple menace d’imposer une forte taxe carbone sur les produits importés devrait inciter plusieurs pays à changer leurs pratiques beaucoup plus rapidement.