/maisonextra
Navigation

Des planchers verts!

Un plancher écologique et durable a un effet positif sur votre qualité de vie et sur l’environnement en général.
Photo Courtoisie Écohabitation Un plancher écologique et durable a un effet positif sur votre qualité de vie et sur l’environnement en général.

Coup d'oeil sur cet article

Les matériaux utilisés dans la maison ont un impact sur notre qualité de vie : le plancher ne fait pas exception à cette réalité. Voilà pourquoi il faut choisir un revêtement sain, écologique et durable ! 

Idéalement, la priorité avec les revêtements de plancher est de trouver un matériau qui dure longtemps, comme le précise Emmanuel B. Cosgrove, directeur général pour Écohabitation, un organisme qui fait la promotion des habitations plus écologiques. En optant pour un produit «vert» et durable, on minimise la présence et l’accumulation des déchets de construction. On atteint ainsi deux objectifs à la fois, puisqu’en choisissant le bon plancher, les répercussions sur notre environnement intérieur et extérieur seront positives. 

On adore le bois ! 

En tenant compte de ces critères, le bois franc pur se hisse au top du palmarès des planchers verts à la durée de vie interminable. Les essences de bois privilégiées sont le merisier, l’érable ou le chêne avec une production locale 100 % québécoise ! Le pire scénario sur le plan environnemental est de faire affaire avec des vendeurs dans les grandes surfaces. Le produit est fabriqué en Chine... mais avec des essences de chez-nous ! «Le bois a fait le tour du monde, pas une, mais deux fois, ce qui est un peu ridicule et ça enlève des emplois ici», déplore M. Cosgrove.  

Un plancher écologique et durable a un effet positif sur votre qualité de vie et sur l’environnement en général.
Photo Courtoisie Écohabitation

Très apparenté au bois franc, le plancher d’ingénierie se présente en couches minces sur des contreplaqués. Certains se posent comme des planchers flottants et ils sont très pratiques dans un condo ou dans un sous-sol quand on ne peut pas clouer du bois franc véritable. 

Un plancher en écorce 

Issu de l’écorce d’un chêne qui pousse en Europe, le liège est aimé car il est durable et très renouvelable. «On a vu en analyse de cycles de vie environnementales que c’est quand même un bon choix», ajoute M. Cosgrove. Il s’agit d’un produit importé, mais il a un très faible impact environnemental, ce qui lui fait gagner des points sur le plan écologique.  

Il est préférable de choisir le liège pur collé directement contre le sous-plancher et non celui qui est laminé, comme du stratifié naturel. On veut éviter le bois à l’endos qui peut gonfler et se dégrader plus rapidement. C’est assurément un bon choix pour le sous-sol, car il est résistant à l’eau et doux pour les pieds! 

Un matériau sain 

Le marmoléum est la nouvelle appellation servant à désigner le linoléum. «Il a changé de nom car les gens l’associaient beaucoup au plastique et au prélart», souligne M. Cosgrove. Composé de jute du lin et de la farine de bois, c’est pourtant un produit naturel, sans compter qu’il est renouvelable, résistant et durable. Les entrées d’hôpitaux et d’aéroports sont souvent recouvertes à l’aide de ce matériau. Avec ses propriétés saines, il sera parfait notamment dans une chambre d’enfant. 

Le béton gagne des points

Pour donner du style à votre sous-sol et pour rehausser cet étage souterrain souvent négligé, optez pour un plancher en béton bien lisse. Cependant, par sa composition, le béton n’est pas le plus écologique des matériaux, la poudre de ciment étant très polluante. Toutefois, c’est le plus durable de tous les types de plancher et il ne requiert aucun entretien. «Au sous-sol, c’est un produit structurel inévitable: le béton est déjà placé en sous-plancher qu’on s’en serve ou non comme revêtement», affirme M. Cosgrove. Il gagne quelques points «verts» justement lorsqu’on l’utilise comme plancher sans avoir besoin de rajouter un autre matériau par-dessus.

Une céramique classique 

Toujours importée, la céramique représente quand même un bon choix lorsqu’on demeure dans des couleurs plus neutres. Le blanc est un grand classique qui risque de passer à travers les décennies. On mise sur la durabilité en évitant les tendances et en préférant les valeurs sûres. Quand elle est de bonne qualité et bien posée, la céramique ne s’use pas rapidement et elle peut être indélogeable! Il ne faut surtout pas oublier de mettre un bon sous-plancher: «On oublie souvent de mettre une deuxième couche de contreplaqué et c’est là que ça craque», prévient M. Cosgrove. 

 

Selon le revêtement choisi, le prix, incluant la main-d’œuvre, peut généralement varier entre 8 $ et 13 $ du pied carré. Et tant qu’à opter pour un produit écologique, on fait le tour de la maison en se débarrassant idéalement du prélart, du plancher flottant stratifié et du tapis: ce sont des matériaux qui sont tout... sauf verts!