/sports/racing
Navigation

La F3 américaine s’invite au GP3R

Trois courses seront disputées dans les rues de la Mauricie en 2020

GP3R-Formule 3
Photo courtoisie, F3 Americas Championship Le Grand Prix de Trois-Rivières ajoutera des courses de F3 à sa programmation en 2019.

Coup d'oeil sur cet article

Le Grand Prix de Trois-Rivières ajoutera à sa programmation des épreuves de la F3 américaine en août prochain, a appris Le Journal de Montréal.

La nouvelle sera confirmée aujourd’hui en fin d’après-midi au circuit de Jukasa, en Ontario, qui sera le théâtre quelques heures plus tard de la dernière course de la saison en série NASCAR Pinty’s.

Si ce championnat de monoplace, inauguré en 2017, tarde à attirer en grand nombre des espoirs de la course automobile sur le territoire nord-américain, il est appelé à évoluer.

Le calendrier a comporté cette année 16 étapes présentées sur les circuits de Barber (en soutien à la série IndyCar), Road Atlanta, Pittsburgh, Virginie, Road America et Sebring.

Il a été prévu que les engagés disputeront trois courses au GP3R en 2020, l’une le samedi et les deux autres le lendemain.

Les bolides de la F3 américaine utilisent des châssis Ligier JS3 et sont animés par des moteurs Honda de 303 chevaux comparables à ceux du modèle de série Civic Type R.

Le Canadien Logan Cusson, qui avait couru au Grand Prix de Trois-Rivières en 2018 au volant d’une F1600, sera présent au point de presse aujourd’hui.

Le pilote ontarien, âgé de 19 ans et originaire de Port Hope, est le seul représentant de son pays à avoir participé à toutes les étapes du championnat de la F3 américaine cette année. Il s’est classé au 12e rang avec une récolte de 40 points.

Selon toute vraisemblance, les trois épreuves de F3 remplaceront les courses de Formule Atlantique historiques ajoutées à l’horaire cette année, mais qui n’avaient attiré qu’une poignée de participants.

Contrat renouvelé, course prolongée

Toujours concernant le GP3R, il appert que le contrat liant l’organisation et le NASCAR a été renouvelé pour les trois prochaines années, ce qui est une excellente nouvelle. L’épreuve de la série Pinty’s, l’une des trois escales du championnat au Québec, est considérée comme la plus populaire inscrite au calendrier.

Par ailleurs, dans le but d’ajouter encore plus de suspense à la course de l’an prochain en Mauricie, l’organisation du GP3R a obtenu le feu vert pour prolonger son épreuve de 50 à 60 tours.

Cette démarche forcera les pilotes à s’arrêter plus longtemps au puits de ravitaillement pour ajouter du carburant, comme c’est le cas lors des deux manches présentées à Mosport.

ICAR toujours sur les rangs

Puisqu’il est question de la série Pinty’s, le circuit ICAR est toujours en discussion avec NASCAR pour organiser un événement en septembre 2020 à son complexe aménagé à proximité des installations de l’aéroport de Mirabel.

Il s’agirait d’une épreuve sur le circuit routier, a confirmé au Journal le propriétaire du site.

« Pendant ce week-end de compétition, des courses de soutien, dont la série de stock-car Sportsman, auraient lieu sur notre nouvelle piste ovale, a fait savoir Marc Arseneau. Par la suite, nous souhaitons convaincre les dirigeants de NASCAR au Canada de présenter une course sur ce tracé l’année suivante. »

Un troisième titre à la portée d’Andrew Ranger

Le rideau va tomber ce soir sur la saison 2019 de la série NASCAR Pinty’s, alors que sera présentée à Jukasa, en Ontario, la 13e et ultime étape du calendrier.

Tous les regards seront dirigés vers Andrew Ranger qui, à moins d’une catastrophe, va enfin mettre la main sur un troisième titre après quelque dix ans d’attente.

Le pilote de Roxton Pond détient une avance confortable de 11 points aux dépens de Kevin Lacroix dont l’accident l’impliquant avec Alex Labbé la semaine dernière à Loudon, lui aura été très coûteux.

« Je ne vous cacherai pas que c’est une course stressante qui s’annonce pour moi, a raconté Ranger, en entrevue au Journal de Montréal. Mais, par contre, je suis convaincu que nous serons compétitifs comme nous l’avons souvent été à Jukasa. »

Et pour cause, en juin dernier, lors du premier passage de la série Pinty’s à cet endroit, Ranger avait remporté la victoire non sans avoir réalisé le chrono le plus rapide en qualification.

Pas de risques inutiles

Pour ajouter une troisième couronne à son brillant palmarès, Ranger ne changera pas sa façon de piloter. De toute manière, il n’a pas l’intention de prendre des risques inutiles qui pourraient ruiner son parcours.

« Je veux rouler en avant, c’est certain, ajoute-t-il, mais il faudra aussi jouer de prudence et surtout penser en fonction du championnat. Si ça brasse trop devant, j’ai une marge de manœuvre pour assurer mon premier rang au classement cumulatif. »

Ranger souhaite seulement que la mécanique de sa Dodge MOPAR tienne le coup.

« Avec le nombre d’inscrits (24) à cette dernière course, a-t-il renchéri, il faut éviter l’abandon. Plus il y a de voitures, plus on peut perdre des points. »