/lifestyle/sexromance
Navigation

Les questions les plus posées

IllustrationSEXO
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les informations disponibles, il n’en demeure pas moins que d’avoir la possibilité de poser ses propres questions à un professionnel est toujours plus rassurant et éclairant. Les réponses adéquates sont parfois, sinon souvent, dans la nuance, spécialement lorsqu’on parle de sexualité. Il faut donc s’assurer de cogner aux bonnes portes ! Voici, en rafales, les questions les plus posées sur le sexe ainsi que leurs réponses.

1 « Est-il vrai que les gens normaux ont en moyenne deux relations sexuelles par semaine ? »

Ah ! Les questions qui concernent les moyennes sont sans doute celles qui sont les plus fréquemment posées. Effectivement, il est humain de souhaiter pouvoir trouver certains paramètres sur lesquels s’appuyer. Or, dans le domaine de la sexualité, les réponses ne sont pas toujours si tranchées (et heureusement). Les statistiques que vous avez en votre possession pour affirmer de tels propos proviennent-elles de sources fiables ? Que veut-on dire par « gens normaux » ? Bref, deux fois par semaine, deux fois par mois, deux fois par année, la vraie moyenne, et sans doute la meilleure, est la vôtre. Méfiez-vous de ce désir de comparaison !

2 « Que faire pour réduire l’écart du désir sexuel entre les partenaires ? »

Il arrive tout naturellement que le désir sexuel fluctue au gré du temps. Certaines circonstances, certaines relations et même certains moments sont décisifs pour entraîner vers le bas une libido autrefois bien active. Multipliez ces facteurs par deux et vous obtiendrez beaucoup de fluctuations ! Afin de réduire cet écart qui peut se creuser au fil des années, rien de mieux que de travailler la relation. La communication est sans doute une clé importante, mais d’autres facteurs influencent également les choses : l’effritement du lien, une moins bonne gestion du temps de couple, les exigences du quotidien qui grugent lentement... Bref une bonne façon de préserver une activité qui vous convient est tout d’abord d’en parler et ensuite d’élaborer un « plan de match » pour redresser la situation. Et si vous vous sentez dépassés, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé pour vous aider.

3 « La nouvelle génération n’aura-t-elle pas plus de difficultés dans sa sexualité, vu toutes les définitions possibles maintenant ? »

Il n’est pas possible d’affirmer de tels propos. Les craintes associées à de nouvelles connaissances peuvent être tout à fait légitimes, mais permettez-moi de vous rassurer. Les défis reliés à une vie sexuelle que l’on souhaite épanouissante et saine ne sont pas nouveaux. Peut-être ces sujets font-ils davantage partie des conversations, donc donnent peut-être l’impression qu’une problématique y est associée. Au contraire, plus les connaissances en matière de sexualité évoluent, plus la sexualité se vit de manière responsable et consentie. Alors, affirmer qu’une génération entière aura davantage de difficultés dans sa sexualité... il faut être prudent ! Soyons plus nuancés et renseignons-nous auprès de sources fiables. Vive la diversité et le respect de celle-ci !

4 « Est-ce possible d’attraper une ITS sur les toilettes publiques ? »

Cette idée, largement répandue, est fausse. Malgré l’aspect peu invitant de la toilette publique, il n’est pas pas possible de contracter une infection transmissible sexuellement sur le siège de celle-ci. Dans le même ordre d’idées, « vous ne pouvez pas contracter une ITSS dans les activités non sexuelles de tous les jours, telles que : donner du sang ; s’asseoir près d’une personne infectée ; partager des ustensiles ; toucher à une poignée de porte ; se baigner dans une piscine publique. » (1)

5 « Existe-t-il des aliments ou des potions aphrodisiaques ? »

Le truc magique ! À l’approche de la fête d’Halloween, cette question est certes de circonstance ! Blague à part, il est important de savoir que (du moins à ma connaissance) aucun aliment ou potion n’est scientifiquement réputé pour stimuler le désir sexuel. Des ingrédients peuvent peut-être avoir des vertus, agir sur le comportement, l’humeur, donc par ricochet agir également sur l’intérêt érotique... Cependant, votre meilleur allié à cet égard sera sans doute d’avoir une bonne hygiène de vie pour favoriser votre santé, les petits ajouts seront alors seulement de petits extras.