/finance/business
Navigation

CCM veut offrir des bâtons sur mesure à ses clients

Elle veut installer un système dernier cri chez des détaillants de sport au Québec

CCM
Capture d'écran tirée de YouTube Le système produit par l’Institut national d’optique (INO) comprend une caméra haute vitesse et un logiciel qui fournit l’information et l’analyse nécessaires, y compris la trajectoire 2D, la vitesse de la rondelle, et plus. Sur la photo, un laboratoire de CCM, à Montréal, où ce type de tâche est déjà effectué. Ce système est toutefois trop coûteux et complexe pour être installé en magasin.

Coup d'oeil sur cet article

L’entreprise CCM souhaite installer chez ses détaillants un système qui permettra aux amateurs de hockey de choisir un bâton adapté à leur style. Cette technologie analysera notamment les mouvements du joueur pendant qu’il tire.

Pour développer ce nouveau système, baptisé le Stick Fitting System, le fabricant d’équipements de sport s’est récemment associé avec l’Institut national d’optique (INO).

Bien que les grandes lignes du projet soient toujours confidentielles pour le moment, l’INO a tout de même dévoilé certains détails dans son dernier rapport annuel, publié au cours des derniers jours.

CCM n’a toutefois pas retourné les demandes d’entrevue du Journal.

Nouvelle technologie

« Cette nouvelle technologie analysera les mouvements du joueur pendant qu’il tire, pour ensuite recommander le meilleur bâton CCM. L’entreprise travaillait déjà sur cette demande avant de communiquer avec INO », peut-on lire dans le document.

En fait, l’équipementier de sport possède déjà une installation à Montréal qui lui permet de forger des bâtons sur mesure pour des athlètes. Cet endroit sert principalement aux joueurs professionnels et à ceux de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

« Or, ce système était trop coûteux et complexe pour être installé dans les magasins. Cela prend aussi un expert qui est à côté de la machine pour interpréter les données », explique Alain Chandonnet, PDG de l’INO.

« C’est pourquoi CCM nous a demandé de développer un système plus simple et moins cher qui permettrait de faire l’équivalent pour tout le monde. Avec l’automatisation, c’est beaucoup plus simple », poursuit-il.

Au cours des derniers mois, des chercheurs à l’INO ont mis sur pied un système en 2D avec l’aide d’une caméra haute vitesse qui permet d’analyser les mouvements du consommateur de façon précise. La machine tient aussi compte de la vitesse de la rondelle.

Selon M. Chandonnet, la facture de cette nouvelle technologie est entre « cinq et dix » fois moins élevée que celle du premier système.

En raison de clauses de confidentialité, il ne peut toutefois pas fournir plus d’informations sur les coûts.

Des tests

CCM teste actuellement ce produit auprès de joueurs de hockey dans son laboratoire. Si tout va bien, un projet pilote pourrait être lancé dans des magasins au cours des prochains mois afin de connaître l’opinion des consommateurs.

En lien avec ce nouveau système, M. Chandonnet estime que la marque canadienne pourrait développer de nouvelles gammes de produits.

« Cette nouvelle offre s’inscrit dans la mouvance de la personnalisation des produits pour les consommateurs », conclut le grand patron de l’Institut national d’optique