/sports/opinion/columnists
Navigation

Makhmudov: Victis Honos

Boxe Eye of the Tiger Management
Photo Martin Chevalier Arslanbek Makhmudov a démoli Julian Fernandez, mais ce dernier a fait preuve de courage.

Coup d'oeil sur cet article

Des fois, faut vraiment rendre hommage aux vaincus. Hier au Casino, Julian Fernandez, un solide Mexicain qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Rocky en plus grand, a quitté le casino après trois rounds. Il cachait son œil droit avec sa main et semblait souffrir atrocement.

C’était le cas. L’hôpital a prévenu Camille Estephan en soirée que Julian Fernandez souffrait de plusieurs fractures au visage.

« Heureusement, ce sont des fractures qui ne nécessiteront pas d’opérations. Ça devrait guérir au cours des prochains mois », de dire Estephan.

Honneur au vaincu. Ce grand et jeune Mexicain, fort d’une fiche de 14 victoires et une seule défaite, un protégé de Top Rank, a tenté de faire face à Arslanbek Makhmudov avec courage et bravoure. Très bon boxeur, il a réussi à placer quelques coups, mais le terrifiant Makhmudov lui a défoncé le visage avec des droites et des jabs lourds et puissants.

Heureusement que l’arbitre a arrêté vivement le combat, Fernandez aurait pu se faire tuer. Après le combat, Michael George, le superviseur du WBC, soulignait qu’à son avis, Makhmudov est fin prêt « pour les gros noms » chez les poids lourds.

« Ce gars-là sait boxer et il a un don de Dieu. Il est d’une puissance terrifiante. Il pourrait affronter Anthony Joshua, Dillian Whyte ou Tyson Fury. Reste à savoir s’il peut prendre un punch de qualité », de dire M. George, qui en a vu beaucoup pour le WBC.

BOONE... POUR L’AMOUR DE LA BOXE

Dans la catégorie honneur au vaincu, Darnell Boone mérite une mention spéciale lui aussi. Le vétéran de 39 ans a battu Adonis Stevenson avant que Stevenson n’obtienne vengeance au Centre Bell quelques années plus tard. Il a affronté Kovalev, Jean Pascal et une multitude de grosses pointures de 154 à 200 livres. Il a servi une formidable leçon au jeune Artur Ziyatdinov, qui a quand même remporté une décision unanime. Sa 11e victoire a été sa plus méritoire. Boone a sorti tous les trucs du métier et a forcé Artur à aller puiser en lui des forces et un courage qu’il ne se connaissait peut-être pas.

« J’aime la boxe. C’est ma passion. Si on ne me payait pas, je me battrais gratis quand même (il a touché 15 000 $ US). J’ai vécu de nombreuses expériences et j’ai gardé mon amour intact. Quand Adonis Stevenson m’a battu par knock-out, j’étais en colère. Pas juste à cause de la défaite. Mais parce que le promoteur m’avait forcé à prendre du poids pour me battre à 175 livres alors que le contrat initial prévoyait 168. Et j’avais mal à la tête et j’étais magané après le combat et je considère que je n’ai pas été traité avec respect. Mais il ne faut pas mêler les affaires et je remercie Dieu d’apprendre qu’Adonis va beaucoup mieux », de raconter Boone après sa défaite.

GERMAIN : DURE LEÇON

Mathieu Germain a subi sa première défaite. Knock-out au cinquième. Il s’est battu contre un Mexicain plus grand et plus fort que lui. Mathieu Germain mérite l’honneur au vaincu pour la façon très sportive qu’il a accueilli sa défaite. En entendant quelques huées avant que l’arbitre ne lève le bras d’ Uriel Pérez, son Mexicain, il a applaudi pour montrer que Perez méritait de gagner et d’être ovationné.

MAKHMUDOV FAIT LA LIMITE (SIC) !

C’est une des belles manchettes des dernières semaines. Sur le site de RDS, la manchette pour la pesée fait toute la largeur de l’écran : MAKHMUDOV FAIT LA LIMITE ! Bien sûr. Makhmudov pèse 268 livres et boxe dans la catégorie des lourds ! L’article n’est pas signé par Jean-Paul Chartrand père...