/news/consumer
Navigation

Refonte du Guide alimentaire canadien: la production de lait se maintient au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les producteurs laitiers québécois n’ont pas eu à réduire leur production, dix mois après la réforme du Guide alimentaire canadien qui a fait disparaître la catégorie «lait et substituts».

La consommation de produits laitiers se maintient en province, selon le président des Producteurs de lait du Québec, Bruno Letendre.

« On a le lait de consommation, qui est en légère baisse, mais les autres produits sont en hausse», a-t-il indiqué.

La baisse en ce qui a trait au lait blanc est autour de 1% depuis janvier, selon lui.

« C’est une tendance mondiale. Les gens le mangent plus qu’ils le boivent », a-t-il expliqué.

Santé Canada a présenté en janvier dernier sa grande refonte du Guide alimentaire canadien, qui faisait notamment disparaître le groupe « lait et substituts». Les produits laitiers se retrouvent maintenant fondus à travers la catégorie «aliments protéinés», aux côtés de la viande et des légumineuses. Le nouveau guide a également fait disparaître la quantité minimale de produits laitiers à consommer.

Plusieurs producteurs de lait avaient vivement critiqué les nouvelles orientations de Santé Canada cet hiver, et craignaient que cela ne fasse diminuer la consommation de produits laitiers.

Or si c’est le statu quo pour l’instant, M. Letendre croit qu’il est encore tôt pour déterminer officiellement si le nouveau guide aura des effets définitifs sur la consommation.

Au Québec, les quotas de lait sont ajustés à la demande et peuvent être modifiés en cours d'année.

Mauvaise presse

Le producteur Yvan Bastien de la ferme Géobastien à Sainte-Anne-des-Plaines, dans les Laurentides, n’a effectivement pas subi de baisse. Il a toutefois le sentiment que le lait a davantage mauvaise presse que par le passé. Il précise que des citoyens ont notamment compris que les produits laitiers étaient mauvais pour la santé, une position qui n’a pourtant jamais été avancée par Santé Canada.

«[Le contrecoup] est plus moral qu’économique. Mais quand on voit que la demande est en hausse, on se dit que ce n’est pas la majorité des gens », a-t-il confié.

Le son de cloche est similaire du côté d’Yves Lamy, de la ferme Jéméric, à Yamachiche, en Mauricie.

« Je n’ai pas encore ressenti d’impact. La demande est même en hausse », a-t-il mentionné.

Karine Moreau de la ferme Kajo à Coaticook, en Estrie, maintient aussi sa production.

« Les seuls contrecoups qui commencent à paraître, c’est les fromages de l’Europe qui entrent à bas prix », a-t-elle souligné en faisant référence aux accords économiques avec l’Europe.

La production de lait au Québec

5 050 fermes laitières

3,37 milliards de litres de lait

*en 2018, selon les Producteurs de lait du Québec