/world/africa
Navigation

Au Malawi, le prince Harry dénonce le braconnage et appelle à défendre la nature

Coup d'oeil sur cet article

Le prince Harry a rendu hommage lundi au Malawi à un soldat britannique décédé lors d’une opération anti-braconnage dans ce petit pays d’Afrique australe et appelé à la protection de la nature, « fondamentale pour notre survie ».

« Quiconque met sa vie en danger en servant son pays doit être grandement apprécié », a déclaré le duc de Sussex, en tournée officielle en Afrique australe.

Harry a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire de Matthew Talbot dans le parc national de Liwonde (sud), où le militaire de 22 ans a trouvé la mort le 5 mai 2019 après avoir été chargé par un éléphant. 

La victime faisait partie d’un contingent déployé au Malawi, ancien protectorat britannique, pour lutter contre le braconnage.

« De l’éradication sur le terrain des braconniers jusqu’à leur condamnation devant un tribunal, ce travail permet de dénicher les criminels de la faune », a expliqué le prince Harry.

Dans une tribune publiée lundi dans le quotidien britannique Daily Telegraph, le duc de 35 ans a estimé qu’il était « fondamental pour notre survie » de protéger la nature. 

« Nous devons dépasser la cupidité, l’apathie et l’égoïsme », a-t-il écrit, « je suis porté par le désir d’aider à restaurer l’équilibre entre les êtres humains et la nature. »

« Les êtres humains et les animaux ont fondamentalement besoin de coexister, sinon dans les dix prochaines années, nos problèmes dans le monde deviendront encore plus ingérables », a-t-il mis en garde. « Cela peut sembler “hippie” pour certains, mais on ne peut pas se permettre d’avoir une mentalité “eux ou nous”. »

Après le Botswana et l’Angola, le prince Harry doit rentrer mardi en Afrique du Sud, où il retrouvera son épouse Meghan et leur fils Archie, quatre mois.

Mercredi, dernier jour de leur tournée de dix jours en Afrique australe, le couple doit rencontrer Graça Machel, l’épouse du premier président noir sud-africain, Nelson Mandela.