/world/usa
Navigation

La baisse de la criminalité se confirme en 2018 aux États-Unis

Coup d'oeil sur cet article

La criminalité a continué de décliner en 2018 aux États-Unis, s’inscrivant dans une tendance de long terme brièvement interrompue en 2015 et 2016, a annoncé lundi la police fédérale.

Le FBI a comptabilisé un peu plus de 1,2 million de crimes commis avec violence en 2018, en baisse de 3,3 % par rapport à 2017. 

Les meurtres ont diminué de 6,2 % sur un an, avec 16 214 homicides volontaires en 2018. Près des trois quarts ont été commis avec des armes à feu.

En revanche, les viols sont en hausse de 2,7 %, peut-être en raison d’une hausse des déclarations à la police dans le sillage du mouvement #MeToo.

Les atteintes à la propriété sont également en baisse, pour la seizième année consécutive, notamment grâce à une diminution de près de 12 % des cambriolages, ajoute le FBI. 

Après un pic au début des années 1990, la criminalité a régulièrement décliné depuis, à l’exception des années 2015-2016 marquées par une hausse des meurtres sur fond de trafic de drogues et de guerre des gangs dans plusieurs grandes métropoles comme Chicago, Houston ou Baltimore.

À l’époque, certains responsables avaient craint que ce regain de violences ne soit durable. Alors ministre de la Justice, Jeff Sessions avait évoqué une « tendance permanente dangereuse ». 

Avec 5 meurtres pour 100 000 habitants, les Etas-Unis sont nettement moins dangereux que plusieurs pays d’Amérique latine et centrale (31 au Brésil, 62 au Salvador, 25 au Mexique) mais plus que l’Europe (1 en Allemagne, Italie, France) ou le Japon (moins de 1), selon les dernières données de la Banque mondiale.