/sports/football
Navigation

NFL: les Bills doivent être pris au sérieux

FBN-SPO-NEW-ENGLAND-PATRIOTS-V�BUFFALO-BILLS
Photo AFP Le quart-arrière des Bills Josh Allen a dû quitter le match au quatrième quart afin d’être évalué dans le cadre du protocole des commotions cérébrales, après un dur coup à la tête porté par Jonathan Jones.

Coup d'oeil sur cet article

Les Bills n’ont finalement pas ébranlé le géant, mais en luttant au coude à coude avec les puissants Patriots, ils ont démontré ce que plusieurs ne croyaient pas. Cette équipe est à prendre au sérieux.

À leurs trois premiers matchs, les Bills avaient beau être invaincus, la faible qualité de leur opposition soulevait légitimement des doutes. Après tout, cette équipe avait battu de peine et de misère les Jets, les Bengals et les Giants, trois clubs présentant une fiche cumulative de 2-8.

Il était donc pleinement permis de remettre leurs succès en question. Mais en bataillant ferme avec les Patriots dans un revers honorable de 16-10, ils ont imposé leur crédibilité.

Sans compter que leur combatif quart-arrière Josh Allen a été mis K.-O. au début du quatrième quart et qu’il a dû laisser sa place à Matt Barkley. Qui sait si les Bills n’auraient pas causé une gigantesque surprise, sans le plaqué vicieux de Jonathan Jones.

Allen courait avec le ballon sur la séquence et devra apprendre à ne pas s’exposer à de tels risques. Jones l’a frappé à la tête et, peu importe si le geste était prémédité ou non, toute ligue qui tient à la sécurité de ses joueurs doit se montrer plus conséquente envers les fautifs.

Jones n’est pas un joueur salaud, mais le contact casque contre casque, que la NFL essaie désespérément d’enrayer, aurait dû lui valoir un moment de réflexion aux douches. L’action se déroule évidemment à la vitesse grand V et certains contacts s’avèrent difficiles à éviter, mais ce jeu a changé le cours d’un duel critique entre deux rivaux de division.

Allen n’est clairement pas un produit fini. Il manque de précision et a été victime de trois interceptions. N’empêche que son style fougueux et son bras canon donnent une chance aux Bills, contrairement au talent limité de Barkley.

Spectacle défensif

Les Patriots ont donc signé un quatrième gain et le doivent à leur intraitable défensive, laquelle a accordé son premier touché cette saison, un exploit inimaginable.

Cette même défensive a réussi quatre interceptions et cinq sacs du quart. Le secondeur Kyle Van Noy, obtenu des Lions pour une bouchée de pain, s’est établi comme un élément central d’une unité qui a jusqu’ici produit 18 sacs, un sommet dans la NFL. Le maraudeur Devin McCourty a réalisé une interception dans un quatrième match de suite. Et la résurrection de Jamie Collins se poursuit après son exil à Cleveland, lui qui a enregistré quatre plaqués, un sac et une interception.

La défensive des Patriots est tout simplement sur une lancée historique, l’équipe n’ayant concédé que 6,8 points par match cet automne.

Brady neutralisé

Pour les Patriots, la tenue de la défensive s’est révélée une intervention divine puisque Tom Brady a connu une rare journée de boulot difficile. Au point où son coefficient d’efficacité (rating) a été de 45,6, son plus bas dans un match depuis 2006, selon Pro Football Reference.

La défensive des Bills, qui loge au deuxième rang dans la NFL derrière celle des Patriots, l’a limité à 150 verges et à seulement 46,2 % de passes complétées. Cette défensive peut donc défier n’importe qui. Malgré la défaite, il n’est pas illusoire pour les Bills de rêver aux séries.

Les gagnants

 
Frank Gore
Oubliez le résultat décevant pour les Bills, leur vénérable porteur de 36 ans, Frank Gore, est un infatigable guerrier. Sa récolte de 109 verges au sol l’a propulsé dans le club sélect des 15 000 verges en carrière, avec Emmitt Smith, Walter Payton et Barry Sanders. Bravo !
 
Marcus Mariota
Peu de quarts-arrière se retrouvaient davantage sous pression que Marcus Mariota, après deux défaites de suite des Titans et des partisans qui réclamaient sa tête. Il a répondu avec trois passes de touché.
 
Les Browns
Inondés de critiques, les Browns ont connu un fort match offensif avec 40 points et 530 verges de gains. Plusieurs les comptaient pour morts et mine de rien, ils sont au sommet de la division Nord, avec bris d’égalité sur les Ravens.
 
Christian McCaffrey
C’est devenu une habitude pour le porteur des Panthers de contribuer de toutes les manières possibles à l’attaque. Il a refait le coup avec 179 verges au total face aux Texans. C’est 60,3 % de l’attaque des siens.
 
Leonard Fournette
Avec 29 courses pour 225 verges, Leonard Fournette a été la locomotive des Jaguars. Il s’agissait de sa meilleure performance en carrière.
 

Les perdants

 
Vontaze Burfict
Le secondeur a fait maintes fois parler de lui avec les Bengals pour ses coups salauds. Le voilà avec les Raiders, ciblant clairement la tête de Jack Doyle, sur un plaqué. Expulsé, il a même nargué les partisans des Colts. Nouvel uniforme, même imbécile.
 
Les Colts
Certains donneront aux Colts l’excuse des blessures, puisque le receveur TY Hilton, tout comme le secondeur Darius Leonard, manquaient à l’appel. Leur performance face aux Raiders demeure inexcusable, surtout en défensive.
 
Dwayne Haskins
Inutile de s’acharner sur un quart-arrière recrue, mais quand même, c’était tout sauf les débuts espérés pour le choix de premier tour des Redskins. En relève à Case Keenum, relégué au banc, Haskins a été victime de trois interceptions. Il vivra de meilleurs jours.
 
Jared Goff
Le quart-arrière des Rams a ajouté quatre revirements à sa triste collection, dimanche. À ses dix derniers matchs, Goff a lancé 19 passes de touché, mais a surtout commis 24 revirements. C’est indéfendable.
 
Les Vikings
Les Mauves ont été incapables de quoi que ce soit en attaque même si les Bears étaient privés de deux piliers défensifs en Roquan Smith et Akiem Hicks. Kirk Cousins ne sait toujours pas gagner les matchs qui comptent.
 

5 jeux de la semaine 

FBN-SPO-NEW-ENGLAND-PATRIOTS-V�BUFFALO-BILLS
Photo AFP

1. Le train Nick Chubb

La victoire des Browns a été l’affaire de Nick Chubb, qui a piétiné les Ravens à l’aide de 165 verges au sol et trois touchés. Son jeu le plus critique est survenu au quatrième quart, quand il est parti comme un train pour un touché de 88 verges, la plus longue course dans la NFL cette saison. Avant son envolée, les Ravens avaient réduit l’écart à six points et cette course leur a scié les jambes.
 
2. Mauvais jeu truqué
Tandis que les Texans se rapprochaient de la zone des buts, à la ligne de 18 des Panthers avec une égalité de 3-3, ils ont voulu faire dans la dentelle et la tactique s’est retournée contre eux. L’entraîneur-chef Bill O’Brien a opté pour un jeu truqué qui n’a feinté absolument personne, lorsque le receveur DeAndre Hopkins a tenté une passe sur un jeu renversé. Résultat ? Interception et les Panthers ont inscrit le touché sur leur séquence suivante.  
 
3. Touché défensif
En fin de match entre Colts et Raiders, les Colts ont réussi à s’approcher à un touché de leurs rivaux. L’offensive des Colts a amorcé une poussée avec l’espoir d’aller niveler la marque, mais le maraudeur Erik Harris avait d’autres plans. Ce dernier a sauvé les Raiders avec une interception qu’il a ramenée pour le touché d’assurance. Un grand moment pour Harris, qui a auparavant fait ses classes avec les Tiger-Cats de Hamilton, dans la Ligue canadienne.
 
4. Une première pour Slater
Le vétéran des Patriots Matthew Slater a toujours été un as des unités spéciales, mais n’avait à ce jour jamais réussi un touché. C’est chose faite depuis dimanche, lorsque JC Jackson a bloqué un botté de dégagement que Slater a récupéré pour filer dans la zone des buts. Dans la courte victoire de 16-10 des siens face aux Bills, c’est le jeu qui a fait la différence.
 
5. Mahomes magique
Le quart-arrière des Chiefs Patrick Mahomes a connu un deuxième match seulement en carrière sans passe de touché, mais cela ne l’a pas empêché d’être impérial sur la séquence offensive finale qui a mené à la victoire in extremis face aux Lions. Sur un quatrième essai et huit verges à franchir, Mahomes a couru pour le premier jeu. Sur cette dernière série, il a complété six passes pour 70 verges en plus d’en ajouter 16 au sol.