/sports/baseball
Navigation

Les Jays ont confiance en la jeunesse

Les Jays ont confiance en la jeunesse
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les Blue Jays de Toronto ont mis fin dimanche à une autre saison douloureuse et malgré une troisième année consécutive sous le seuil de respectabilité, ils abordent le futur avec optimisme. 

La formation de la Ville Reine a conclu le calendrier régulier avec un gain de 8 à 3 aux dépens des Rays de Tampa Bay au Rogers Centre, terminant au quatrième rang de la section Est de la Ligue américaine, à 29 matchs et demi du sommet. En vertu d’une fiche de 67-95, elle a encaissé son plus haut total de revers depuis 1980. 

Néanmoins, la présence des Vladimir Guerrero fils, Cavan Biggio et Bo Bichette peut convaincre certains partisans de retourner au stade l’an prochain. Les trois athlètes – tous des progénitures d’anciennes vedettes du baseball majeur – ont connu de bons moments à Toronto durant la seconde moitié de la campagne, même contre des rivaux de premier plan tels les Yankees de New York et les Rays. 

Les Jays ont confiance en la jeunesse
AFP

«Je suis heureux de la manière que nous avons fini et de notre jeu. Avec le calendrier que nous avions après la pause de la partie des étoiles, nous avons bataillé de cette façon et présenté une telle fiche? Cela signifie que nous avons bien joué. Je suis fier de cela, a commenté au quotidien "Toronto Sun" le gérant Charlie Montoyo. Notre avenir est brillant. Les jeunes continuent de s’améliorer.» 

Les Jays ont confiance en la jeunesse
AFP

Smoak, l’exemple pour les jeunes 

Le vétéran de 32 ans Justin Smoak est du même avis, lui qui pourra profiter du statut de joueur autonome pour tester sa valeur sur le marché. Avant cela, il s’est révélé le mentor de quelques-uns dans le vestiaire et sur le terrain. 

«Nous avions beaucoup de jeunes qui, d’une certaine façon, me regardaient. Je devine qu’ils m’ont vu me défoncer toute l’année et espérons que cela les rendra meilleurs en cours de route, a-t-il expliqué. Depuis la date limite des échanges de l’an passé, je sentais que j’étais l’un des joueurs d’expérience et après cela, j’ai vu que j’étais le gars le plus vieux [cette année].» 

«Il était un peu comme une figure paternelle, un grand frère, a ajouté au journal "Toronto Star" le joueur de premier but Rowdy Tellez, qui pourrait bien prendre la place de Smoak en 2020. Il m’a aidé en défense et en attaque, à bien me contrôler et à être un professionnel, un homme. Lorsque je ratais, il ne criait jamais et ne me le rappelait pas.» 

Les Jays ont confiance en la jeunesse
AFP