/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nous avions 8 ans

Coup d'oeil sur cet article

Jeudi soir dernier, la veille de la grève pour le climat de Montréal, j’étais cette enfant qui a hâte au lendemain pour aller vivre une aventure inoubliable. Cette nuit-là, j’ai rêvé à demain.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, j’ai dormi à moitié. Je me sentais comme à 8 ans, à l’école primaire, quand il y avait une sortie scolaire et qu’on partait tous ensemble, hors de nos classes, loin de nos pupitres, apprendre à l’école de la vie.

J’étais fébrile. Je savais qu’au retour dans l’autobus jaune qui allait me ramener chez moi, je ne serais pas tout à fait la même personne, parce que je venais de vivre une première expérience dont j’allais me rappeler toute ma vie.

LE LENDEMAIN

Debout, grande comme la terre, je me suis laissée porter par cette marée humaine au cœur qui battait au rythme de l’urgence. Des poupons aux poumons neufs, des enfants, des ados, des adultes de toutes les tranches d’âge respiraient le même air frais et rempli de promesses. J’ai tenu la main d’Yvonne ma nouvelle amie de 73 ans, j’ai tenu des pancartes aux slogans inspirés, j’ai tenu entre mes mains mon avenir.

J’ai marché avec 500 000 personnes qui avaient le feu, le feu vert. Un demi-million de personnes qui, tout comme moi, avaient 8 ans ce jour – là. Notre grande sœur de 16 ans nous ouvrait le chemin : Greta Thunberg.

Les larmes roulaient sur mes joues ainsi que sur celles de milliers de personnes lors de son discours à la fin de la manifestation. Je me suis imaginé que toutes ces larmes allaient être les gouttes qui pouvaient faire déborder le vase de l’inaction.

Quand on a 8 ans, on a le droit de rêver. Je souhaite que nous ayons tous 8 ans encore longtemps.