/world/europe
Navigation

Peine maximale pour la mort d’un enfant qui a secoué l’Espagne

Peine maximale pour la mort d’un enfant qui a secoué l’Espagne
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La belle-mère d’un enfant de huit ans, dont le meurtre avait secoué l’Espagne, a été condamnée lundi à la prison à perpétuité pour l’avoir tué, a annoncé le tribunal. 

Ana Julia Quezada, qui était passée aux aveux durant l’enquête, a été condamnée à la prison à perpétuité avec une peine de sûreté de 25 ans, la plus lourde peine possible en Espagne, par le tribunal d’Alméria (sud-est).  

Cette Dominicaine était la compagne du père de Gabriel Cruz, qui avait disparu le 27 février 2018 dans un petit village situé près des plages du Cabo de Gata en Andalousie. 

Des recherches avaient été menées durant douze jours pour retrouver cet enfant unique de parents séparés, dont le cadavre avait finalement été retrouvé dans le coffre de la voiture d’Ana Julia Quezada. 

Selon le tribunal, l’enfant est mort « par asphyxie ». 

Les enquêteurs avaient commencé à soupçonner Quezada lorsque cette dernière avait déclaré avoir retrouvé le tee-shirt de l’enfant à 4 kilomètres du lieu de sa disparition, dans une zone que les forces de l’ordre avaient déjà passée au peigne fin à deux reprises. 

Les avocats d’Ana Julia Quezada avaient soutenu durant le procès la thèse de l’homicide involontaire. 

Cette affaire, très suivie médiatiquement, a secoué le pays.  

Le tribunal l’a aussi condamnée à verser au père et à la mère de Gabriel 250.000 euros chacun pour « dommages psychologiques » et 200.203 euros à l’Etat en dédommagement des coûts engendrés par les opérations de recherche.