/sports/hockey/canadien
Navigation

Pool: cinq joueurs du Canadien à considérer

Max Domi
Photo Martin Chevalier Max Domi

Coup d'oeil sur cet article

Comme à chaque saison depuis au moins 25 ans, il y a fort à parier qu’aucun joueur du Canadien de Montréal ne sera choisi en première ronde de quelque pool que ce soit... à moins que les gardiens de but y aient une importante valeur.  

C’est que le CH n’a pas eu un attaquant appartenant au top 10 ou 15 de la Ligue nationale de hockey (LNH) depuis Guy Lafleur, si l’on fait exception d’Alex Kovalev en 2007-2008.  

Il reste cependant que l’équipe compte sur des joueurs intéressants pour les poolers une fois les premières rondes de sélection écoulées. Voici cinq d’entre eux.  

1- Carey Price, gardien  

Max Domi
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Votre pool accorde une grande quantité de points aux blanchissages et aux victoires? Il va sans dire que dans ces circonstances, le gardien Carey Price demeure un bon choix, à moins que les salaires ne soient comptabilisés. S’il évite les blessures, le numéro 31 devrait jouer une bonne soixantaine de matchs. À vrai dire, il ne faudrait pas s’étonner de le voir cumuler des statistiques semblables à celles de l’an dernier. Le CH, comme en 2018-2019, sera sans doute parmi le groupe d’équipes qui se battront pour les dernières places donnant accès aux séries cette année. Price a obtenu 35 victoires et quatre jeux blancs la saison dernière. Il y a de bonnes chances que ses statistiques ressemblent à cela encore une fois.  

2- Max Domi, joueur de centre  

Max Domi
Photo Martin Chevalier

Il est jeune, il est énergique et surtout, il est en quête d’un nouveau contrat. Cela donne des flammèches sous les lames de plusieurs. Toutefois, Domi aurait le feu au postérieur de toute façon : c’est son tempérament. Il a explosé à sa première saison avec le CH, l’an dernier, en récoltant 72 points, soit 20 de plus que sa meilleure récolte précédente. S’agit-il du vrai Domi? C’est plausible. Méfions-nous cependant d’une chose : une bonne partie de ses 28 buts de l’an dernier ont été marqués durant une séquence de feu à l’automne. Parions plutôt sur une collecte de 20 à 25 buts en 2019-2020 et tout près de 70 points encore une fois. Ce qui le placera, à moins d’une surprise, en tête de la colonne des pointeurs de la Sainte-Flanelle. Et il ne coûte pas cher, pour l’instant.  

3- Brendan Gallagher, ailier droit  

Max Domi
Photo Agence QMI, Joël Lemay

S’il peut éviter de recevoir un lancer frappé sur une main quelque part durant la saison, Brendan Gallagher atteindra sans doute de nouveau le plateau des 30 buts 2019-2020. Dans la force de l’âge à 27 ans, il est presque garanti que «Gally» ira chercher entre 50 et 60 points comme ce fut le cas lors des deux dernières saisons. Et lui aussi ne touche pas un salaire exorbitant (pour un joueur de la LNH). Travaillant, régulier, rarement blessé, Gallagher est un choix sûr en fin de repêchage.  

4- Dale Weise, ailier droit  

Mais non, c’est une blague.  

4- Phillip Danault, joueur de centre  

Max Domi
Photo Agence QMI, Joël Lemay

C’est confirmé, Phillip Danault est une sorte de Patrice Bergeron des pauvres, ce qui est définitivement un compliment. Le Québécois excelle dans toutes les phases du jeu et met constamment ses coéquipiers en valeur. Il est intelligent sur la patinoire et il possède un bon coup de patin. Cette saison, l’entraîneur Claude Julien pourrait même être tenté de l’utiliser plus souvent en avantage numérique, ce qui serait payant pour ceux qui le sélectionneront. Danault a amassé 53 points l’an dernier dans ce qui est peut-être le début de son apogée à 26 ans. S’il évite les blessures (lui aussi) et qu’il obtient davantage de temps de jeu en avantage numérique, il approchera peut-être les 60 points.  

5- Jeff Petry, défenseur  

Max Domi
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Il faut se poser la question : si les deux joueurs disputent une saison complète, qui, de Jeff Petry ou Shea Weber obtiendra le plus de points? Petry, 31 ans, a amassé 46 et 42 points lors des deux dernières campagnes. Weber, malgré son puissant tir, n’a franchi les 50 points que trois fois en neuf saisons complètes et il a maintenant 34 ans. Les deux hommes pourraient obtenir un total semblable de points en 2019-2020, mais étant donné que Petry est lui aussi dans son apogée, qu’il a connu un solide camp et qu’il obtiendra encore du temps de jeu en avantage numérique, il possède une courte avance sur son capitaine.  

Mentions plutôt honorables  

Jesperi Kotkaniemi a de la misère à traîner ses 15 livres supplémentaires depuis le début du camp, mais il a beaucoup de talent. Auteur de 34 points à 18 ans l’an dernier, l’attaquant finlandais risque de trouver son rythme dans les prochaines semaines et une production de 40 à 50 points n’est pas à exclure.  

Jonathan Drouin est sans doute déjà parti dans la tête de nombreux partisans ayant la mèche plus courte, mais la réalité est que le talentueux ailier s’en allait vers une saison de 60-70 points, l’an dernier, avant de rester bloqué à 50 durant le mois de février. L’imprévisible Drouin est capable du meilleur et du pire. Il est donc un choix intéressant pour les amateurs de risque, ou pour les nationalistes convaincus.  

Tomas Tatar a connu sa meilleure saison l’an dernier, à sa première campagne avec le CH, avec une récolte de 25 buts et 58 points. Sa production pourrait se maintenir ou descendre un peu.