/news/currentevents
Navigation

Le «pilote des stars» libéré sous caution

Normand Dubé devra respecter de strictes conditions

Normand Dubé.
Coupable
Photo Martin Alarie Normand Dubé. Coupable

Coup d'oeil sur cet article

Le « pilote des stars » Normand Dubé a de nouveau obtenu une libération sous caution mardi, en attendant que la Cour d’appel se penche sur sa culpabilité pour avoir entre autres saboté des lignes électriques d’Hydro-Québec.

« Dans la mesure où des conditions sévères sont proposées, incluant l’obligation de demeurer en tout temps à sa résidence [...], je suis d’avis que la confiance du public dans l’administration de la justice ne sera pas diminuée », a indiqué la juge Marie-Josée Hogue dans une décision de 8 pages.

Il y a deux semaines, le criminel de 57 ans avait pourtant été condamné à neuf ans d’incarcération, pour le harcèlement et les incendies criminels contre des fonctionnaires avec lesquels il était en conflit.

Cette peine était concurrente à une autre de sept ans d’incarcération, pour s’être attaqué à des lignes électriques d’Hydro-Québec.

Mais Dubé conteste les deux verdicts de culpabilité.

Et s’il finissait par être acquitté devant le plus haut tribunal du Québec, les sentences n’auraient plus leur raison d’être. C’est pour cela qu’il a demandé à obtenir une liberté sous caution.

Contestation

« Il reconnaît toutefois que cette mise en liberté devrait être assortie de nombreuses conditions », note la magistrate.

La Couronne s’était opposée à la demande, compte tenu du « crescendo dans la violence dont il a fait preuve à l’égard de chacune des victimes et la répétition des gestes ». En fait, elle souhaite même que les peines de sept et neuf ans d’incarcération soient consécutives.

La juge a toutefois noté que malgré la gravité des crimes, Dubé a toujours respecté ses conditions de remise en liberté.

« [Dubé] a été en liberté de façon presque continue de 2015 à mai 2019 et il n’a manqué à aucune de ses conditions », a rappelé la juge en imposant de strictes conditions à Dubé.

En plus de devoir rester chez lui presque en tout temps, il devra annoncer chaque matin à la Sûreté du Québec tous ses déplacements.

Et si son appel échoue, il devra impérativement se rapporter dans un pénitencier.