/news/currentevents
Navigation

Malade, son employeur envoie deux policiers chez lui pour le forcer à rentrer travailler

Coup d'oeil sur cet article

Un employé de l'Hôpital Sainte-Croix de Drummondville a reçu en pleine nuit la visite de deux policiers pour le forcer à rentrer travailler, samedi dernier.

Mathieu Roy, affecté aux services auxiliaires de l'urgence de l'Hôpital Sainte-Croix, avait décidé de prendre une journée de maladie, car il ne se sentait pas bien. Or, il s'est fait réveiller à 2 h 30 du matin par deux agents de police qui cognaient à sa porte.

«C’est sûr que ça me stressait. Je me demandais ce qui se passait. Ça n’arrive pas tous les jours que les policiers viennent nous réveiller parce qu’on doit rentrer travailler», a raconté le jeune homme de 22 ans.

Les policiers envoyés par le superviseur de l’employé lui ont aussitôt demandé de contacter l’hôpital. Depuis, sous le choc, le jeune homme est en arrêt de travail.

Une situation inacceptable

Le président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers CSN pour le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Pascal Bastarache, s’explique mal l’intervention des policiers auprès du jeune employé.

«C’est vraiment une limite que je n’aurais jamais cru que quelqu’un pouvait franchir. Même si on est du service de la police, on est là pour protéger les personnes, pas pour les brimer dans leurs droits fondamentaux. Ça m’inquiète énormément», a-t-il dit.

La Sûreté du Québec a confirmé que ses agents se sont rendus au domicile du jeune homme, sans toutefois dévoiler le moindre détail sur le contenu de l'appel ayant mené à l'intervention. «Du moment qu’un employeur prend le temps de communiquer avec nous et qu’il y a une inquiétude envers l’état d’un de ses employés, nous avons le devoir de vérifier chez celui-ci afin de s’assurer de son bien-être», a expliqué le lieutenant de la SQ Hugo Fournier.

«On préfère effectuer un déplacement qui s’avère non fondé que de courir le risque de ne pas avoir secouru une personne en danger», a-t-il ajouté.

Avisé de l’histoire, le cabinet de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a également réagi.

«Nous avons pris connaissance des faits. Nous estimons que ce qui s'est passé est inacceptable et intolérable», a affirmé le cabinet.

Depuis, l’établissement de santé a offert ses excuses à Mathieu Roy. «Comme pour toute situation qu’on considère inacceptable, on prendra les mesures que l’on croit appropriées dans les circonstances», a assuré Antranik Handoyan, directeur adjoint aux ressources humaines, aux communications et aux affaires juridiques au CIUSSS-MCQ.