/news/elections
Navigation

Contrôle des armes à feu: la promesse libérale contestée

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Un groupe représentant les propriétaires d’armes à feu du Canada a tiré à boulets rouges mercredi sur la promesse des libéraux de Justin Trudeau de renforcer le contrôle des armes à feu.

La Coalition canadienne pour le droit des armes à feu est d’avis que le Parti libéral du Canada induit en erreur les citoyens sur la question du contrôle des armes.

Rappelons que le chef libéral a promis en campagne électorale d’interdire toutes les armes d’assaut de type militaire, y compris l’AR-15 utilisé par les auteurs de plusieurs fusillades de masse aux États-Unis.

Devant des journalistes à Ottawa, Rod Giltaca, PDG et directeur général de la Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu, et Tracey Wilson, vice-présidente des Relations publiques, ont fait part de leurs réserves à l’égard de la promesse phare des libéraux. Ils ont accusé Justin Trudeau de «mentir aux Canadiens».

«Les libéraux ont failli sur [la lutte contre] la criminalité. Nous voulons des actions crédibles sur cet enjeu», a souligné Tracey Wilson.

La Coalition souligne qu’en dépit de toutes les mesures prises par les libéraux pour resserrer le contrôle des armes, il n’y a pas moins de violence et de fusillades dans les centres urbains au pays.

L’organisme a par ailleurs lancé une «tournée pour l’intégrité» d’ici le scrutin du 21 octobre, de Montréal à Regina, pour contester ce qu’il considère comme une politique injuste à l’endroit des propriétaires d’armes à feu titulaires de permis.

Les libéraux se sont engagés à interdire les fusils d’assaut semi-automatiques et à donner aux municipalités le pouvoir de bannir les armes de poing. Le Parti libéral instaurera aussi un programme de rachat d’armes d’assaut achetées légalement.