/sports/football/alouettes
Navigation

Le réconfort d’André Bolduc

Coup d'oeil sur cet article

À l’ère des réseaux sociaux, il n’est pas rare de voir des athlètes faire leur mea culpa après une mauvaise performance ou un jeu qui a coûté le match à leur formation. Ce fut le cas du quart Anthony Pipkin.

Samedi dernier, lors d’une situation de court gain à la porte des buts, le pivot des Alouettes a échappé le ballon sur un troisième essai. Dans les heures après la défaite, il n’a pas hésité à prendre le blâme dans un message écrit sur son compte Twitter.

Cependant, l’un de ses entraîneurs, André Bolduc, a intercepté la missive de son joueur. Il n’a pas hésité à lui rappeler que le football est un sport d’équipe. C’est très rare de voir un entraîneur répondre à un de ses joueurs sur les réseaux sociaux.

« Je lui ai envoyé ce message lorsque je suis arrivé à la maison à Sherbrooke, a expliqué Bolduc. Le football ne se résume pas à un jeu. Il y en a environ 160 dans un match. Il peut se passer bien des choses durant une rencontre.

Après le jeu de Pipkin, on avait encore une chance de l’emporter. Au foot, tu dois toujours penser au prochain jeu. Tu penses toujours à l’avenir et tu ne peux pas vivre dans le passé. Tu dois être blindé par rapport à tes performances. Je voulais aussi que tous les autres joueurs voient ce message. »

L’entraîneur-chef Khari Jones a été mis au courant de cette initiative par le représentant du Journal de Montréal. Il n’était pas fâché de voir un de ses adjoints interagir avec un joueur sur Twitter. Bien au contraire.

Autopsie d’un jeu raté

Kristian Matte était aux premières loges de ce jeu qui a été déterminant dans le revers contre les Lions de la Colombie-Britannique. Le centre a expliqué ce qui peut se passer lors d’une situation de court gain.

« La stratégie défensive est différente d’une équipe à l’autre, a-t-il mentionné. Chacune d’elle fait n’importe quoi pour créer un mur. Pour le jeu de “Pip”, ça avait marché tout le match.

Depuis le début de la saison, on avait été chanceux à ce niveau. Si c’était à refaire, on referait le même jeu. 99 fois sur 100, ça fonctionne. Ce n’est pas seulement ce jeu qui nous a fait perdre le match. »