/opinion/columnists
Navigation

Un candidat gênant pour Justin Trudeau

Un candidat gênant pour Justin Trudeau
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Connaissez-vous Sameer Zuberi? Tout fraîchement désigné, il est le candidat du Parti libéral du Canada dans le comté montréalais de Pierrefonds-Dollard. Jusqu’à hier soir, pour lui, les défenseurs de la laïcité étaient des extrémistes racistes.  

Monsieur Zuberi ne veut carrément rien savoir de la loi 21 du gouvernement caquiste de François Legault. Il s’y oppose si farouchement qu’il a même fait la promotion d’une grève de la faim pour dénoncer la pièce législative au mois de juin dernier. Il a déjà affirmé que le premier ministre tenait des propos racistes quand il parlait de l’enjeu du faible taux de natalité au Québec et de la démographie.  

Le jeune candidat de 39 ans, diplômé en droit et en mathématique, se présente comme un ardent défenseur des droits de la personne et du respect des minorités. L’annonce de sa candidature a été dénoncée par le Parti conservateur, qui lui reprochait notamment une déclaration controversée dans une publication Facebook en 2011. Zuberi semblait alors remettre en doute l’implication d’Oussama ben Laden dans les attentats du 11 septembre 2001. À la suite de cette controverse, il a souligné qu’il n’avait jamais remis en question la responsabilité du chef d’Al-Qaïda.  

Drainville et l’État islamique  

Mais Sameer Zuberi semble être un habitué des déclarations déroutantes. À preuve cette entrevue accordée à la radio anglaise du campus de l’Université McGill en 2016, que j’ai pu écouter.  

Dans cet entretien, l’actuel candidat libéral revient sur l’épisode de la Charte des valeurs québécoises du Parti québécois. Sans détour, il qualifie le projet de loi du gouvernement Marois, abandonné après la victoire du PLQ, de raciste. C’est en évoquant le souvenir de Bernard Drainville, le père de la charte, que Zuberi tient les propos les plus durs.  

Il déclare que ce dernier tenait un discours marginalisant et résolument raciste. Puis, il affirme: «Je ne sais pas d’où vient Drainville, mais s’il était dans un autre contexte, disons en Irak ou en Syrie, il aurait été membre de l’État islamique. C’est un penseur extrémiste et, si ailleurs ceux-ci joignent des groupes d’extrémistes (comme l’ÉI), ici ils proposent une charte des valeurs.»  

Prenez un instant pour relire cette affirmation. C’est franchement révoltant. Pour Sameer Zuberi, la laïcité québécoise se compare aux motivations extrêmes du pire groupe terroriste à avoir sévi au cours des dernières années.  

Excuses  

Confronté à ces propos, le PLC m’a transmis en début de soirée hier une déclaration du candidat dans laquelle il s’excuse sans détour. Les propos sont également condamnés fermement par la direction du parti.  

N’empêche. À la lumière de l’ensemble des prises de position passées de Sameer Zuberi, il est permis de se questionner sur le degré d’authenticité découlant de son mea culpa. Ce faisant, Justin Trudeau devra expliquer comment il peut tolérer de telles sorties.  

Déclarations de Sameer Zuberi et du PLC  

«Je désire offrir mes plus sincères excuses à M. Drainville pour les propos insensibles et déplacés que j’ai tenus en 2016.
 
J’ai consacré ma carrière à la défense des droits de la personne, ainsi qu’aux valeurs d’inclusion et de justice sociale. Étant moi-même issu d’une minorité visible, je me sentais à l’époque personnellement interpellé par les débats entourant la charte des valeurs. Bien qu’il s’agissait d’un enjeu polarisant, mes propos constituaient un dérapage totalement inacceptable qui ne favorisait pas le dialogue, mais plutôt la division.
 
En tant que candidat et citoyen, je m’engage auprès de tous les Québécois et Canadiens à promouvoir un débat démocratique sain, respectueux et à la hauteur des fonctions auxquelles j’aspire.»  

  

 – Sameer Zuberi  

  

«Des propos comme ceux tenus par Sameer Zuberi en 2016 sont inacceptables et n’ont pas leur place. Le candidat s’est excusé sans réserve, et c’était non seulement la bonne chose à faire, mais la seule chose à faire.»  

  

 – Pierre-Olivier Herbert, porte-parole, PLC