/finance/taxes
Navigation

Projet abandonné à Bécancour: une perte de près de 16 millions $

Un projet de 1,3 milliard $ dans le parc industriel de Bécancour est abandonné

iffico
Photo courtoisie Les promoteurs derrière la construction d’une usine intégrée d’urée et de méthanol dans le parc industriel de Bécancour abandonnent leur projet de 1,3 milliard de dollars. L’usine devait être érigée sur l’ancien site du groupe Norsk Hydro.

Coup d'oeil sur cet article

Québec aura perdu près de 16 millions de dollars dans le projet abandonné d’usine intégrée d’urée et de méthanol dans le parc industriel de Bécancour.

Depuis 2012, ce sont 15,75 millions $ qui ont été injectés dans l’entreprise IFFCO Canada sous forme de capital-actions par Investissement Québec. IFFCO Canada est une entité qui appartient à la Coop fédérée, Investissement Québec et la société IFFCO.

Lundi, les promoteurs ont finalement choisi de mettre un terme à leur projet de 1,3 milliard $, étant notamment incapables d’obtenir un prix fixe pour la construction des installations. Les travaux devaient commencer en 2020 et le début des opérations était prévu pour 2022. Environ 200 emplois devaient être créés.

Seconde tentative

Il s’agissait du deuxième projet piloté par IFFCO Canada sur l’ancien site du groupe Norsk Hydro. Initialement, l’entreprise souhaitait y aménager une usine d’engrais.

«Depuis 2012, nous avons investi plusieurs dizaines de millions de dollars. Nous avons fait des études de marché, des études de faisabilité et d’impact environnemental. Nous avons aussi réalisé des recherches et des plans pour l’ingénierie», indique Benoît Bessette, porte-parole de ProjetBécancour.ag.

Pas d’autre plan

M. Bessette assure maintenant qu’il n’y aura pas de nouveau développement et qu’aucun autre site ne sera considéré ailleurs. IFFCO Canada a l’intention de mettre en vente son terrain au cours des prochains mois.

«Ce que je peux dire, c’est que les 15 millions $ d’Investissement Québec ont été dépensés tout comme l’argent des autres partenaires», avance M. Bessette.

Quant à la lettre de crédit de 10 millions de dollars octroyée par le gouvernement à TransCanada Pipeline pour soutenir ses études d’ingénierie concernant l’alimentation en gaz naturel du site, les dépenses seront remboursées par ProjetBécancour.ag. Ce qui signifie que le gouvernement ne devrait pas décaisser de montant pour cet aspect du projet.

L’un des objectifs derrière la construction de cette usine était que la Coop fédérée puisse produire de l’urée pour sa clientèle au Québec et dans les provinces maritimes. Actuellement, elle importe, entre autres, ce produit de la Russie et du Venezuela.

De passage à Québec pour une conférence devant des gens d’affaires, le PDG d’Investissement Québec n’a pas voulu élaborer sur ce dossier. Son organisation détient à ce jour 34,6 % des parts dans IFFCO Canada.

«C’est l’entreprise qui a décidé de mettre fin au projet. C’est leur décision. C’est un dossier qui a été amorcé il y a déjà plusieurs années, je ne peux pas vous en dire davantage», a fait valoir hier au Journal Guy LeBlanc.

La Société en commandite ProjetBécancour.ag est une entreprise détenue à 50 % par Entreprise IFFCO Canada – qui avait été créée pour ce projet – et à 50 % par Développement Nauticol Québec. – Avec la collaboration de Pierre Couture

L’aide de Québec à ProjetBécancour.ag

♦ Août 2012 : Investissement Québec prend une participation de 5 millions $ dans le projet d’IFFCO Canada Ltée, soit 25 % des parts.

♦ Août 2015 : 6 millions $ sont injectés dans le capital-actions d’IFFCO Canada. L’argent provient du Fonds de diversification économique pour les régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

♦ Septembre 2017 : 4,75 millions $ sont investis dans le capital-actions d’IFFCO Canada. L’argent provient aussi du Fonds de diversification économique pour les régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie. La Coop fédérée injecte le même montant.