/finance
Navigation

Baisser les tarifs d’électricité encourage le gaspillage soutient Legault

Hydro-Québec
Photo d'archives Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Baisser le prix de l’électricité reviendrait à encourager le gaspillage soutient le premier ministre du Québec, François Legault, alors qu’une coalition réclame le retrait de son projet de loi sur les tarifs d’Hydro-Québec.

«De baisser les tarifs d'électricité» revient à «donner des incitatifs pour gaspiller l'énergie», a déclaré François Legault lors d’un échange avec le chef par intérim du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand.

Ce dernier réclame, tout comme Québec solidaire, le Parti québécois ainsi qu’une coalition représentant la quasi-totalité des clients d’Hydro-Québec, le retrait du projet de loi caquiste sur les tarifs d’électricités, qui pourrait coûter des centaines de millions $ aux consommateurs.

Ceux-ci soutiennent que cette pièce législative, qui prévoit un gel de tarif lors de la prochaine année puis une hausse fixée sur l’inflation, aurait plutôt pour effet de faire payer davantage les consommateurs.

«Nous n’avons pas l'habitude de toujours travailler ensemble, mais nous voilà réunis en une coalition quasi historique pour lancer un message clair au ministre: retirez votre projet de loi n° 34», a ainsi déclaré le porte-parole de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, Gopinath Jeyabalaratnam, jeudi.

Alors qu’il était dans l’opposition, le chef de la Coalition avenir Québec s’était battu pour que le gouvernement retourne 1,5 milliard $ de trop-perçu par Hydro-Québec dans les poches des Québécois. Le projet de loi 34 vise cet objectif, mais a été critiqué par tous les groupes venus témoigner en commission parlementaire, sauf par la société d'État.

Il prévoit aussi que seulement une fois tous les cinq ans, la Régie de l’Énergie pourra réexaminer les tarifs de l’année en cours. Ses opposants affirment qu’il rendra HQ moins imputable puisque ses tarifs ne seront plus examinés tous les ans par la Régie.

«Non seulement ce projet de loi est mal rédigé, il a été improvisé, il a été bricolé sur un coin de table, mais la conclusion est que ce projet de loi avantage seulement une seule institution et c'est Hydro-Québec», a expliqué le député libéral Saul Paulo.

Appuyés par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, d’Option consommateur, de l’Association québécoise des consommateurs industriels d’électricité et de la Coalition des associations de consommateurs du Québec, les partis d’opposition estiment que la seule solution restante est de retirer le projet de loi.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.